CAN 2019

CAN 2019 : l’Algérie s’impose face au Kenya

Les joueurs algériens célébrant leur victoire face au Kenya (2-0), dimanche 23 juin au Caire. © Hassan Ammar/AP/SIPA

Les Fennecs ont réussi leur entrée en lice dans la Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2019, en s'imposant (2-0) face au Kenya. L'équipe algérienne s'empare de la tête du groupe C, à égalité de points avec le Sénégal. Le match face aux Lions de la Teranga devrait déterminer l'issue du classement.

Les Algériens ont réussi leur entrée en matière dans cette Coupe d’Afrique des nations 2019 en dominant (2-0) le Kenya, dimanche 23 juin au Caire. Deux ans après son élimination dès la phase de poules au Gabon, l’équipe algérienne voulait bien débuter la CAN dans ce groupe C où figurent aussi les Lions de la Teranga du Sénégal.

Excités de voir leurs Fennecs de retour dans une grande compétition, des milliers de supporteurs Algériens ont donné de la voix dans les tribunes du stade du 30-juin.

Le renouveau de l’équipe algérienne

Nommé en août 2018, le coach Djamel Belmadi a réussi son pari de construire une formation solide pour le début du tournoi. Symboles des travaux qu’il mène, trois cadres émergents ont débloqué la situation. La pépite de Nice Youcef Atal a provoqué le penalty qu’a transformé l’homme en forme Baghdad Bounedjah (34e). Le milieu d’Empoli Ismaël Bennacer, 21 ans, a ensuite servi le capitaine Riyad Mahrez pour sceller le match d’une frappe contrée (43e).

Atal, Bounedjah, Bennacer… Alors qu’ils cumulent moins de 50 sélections, ils incarnent le renouveau de l’Algérie. Mais les promesses appellent une confirmation : jeudi face au solide Sénégal, qui a battu la Tanzanie (2-0), ils devront montrer s’ils sont capables d’aller plus loin.

Bounedjah, notamment, aura fort à faire face au défenseur Kalidou Koulibaly. Mais il arrivera avec une confiance incroyable : avec le club qatari d’Al-Sadd, il a inscrit 39 buts en 22 matchs cette saison. En sélection, il a marqué à chacune de ses six dernières apparitions ! « C’est l’un des meilleurs attaquants du monde », disait de lui, avant le match, le sélectionneur kényan Sébastien Migné.

Son entente avec Sofiane Feghouli a été intéressante. Les deux ont bien combiné pour servir une offrande à Youcef Belaïli, qui a perdu son duel face au gardien à la 25e minute. Sur le banc, le suppléant de Bounedjah, Andy Delort, a dû mesurer l’écart qui le séparait d’une place de titulaire. Le Montpelliérain, appelé à la dernière minute après sa naturalisation express, est entré à la 81e minute, sans se créer d’occasions. Pour lui aussi, tout est question de construction.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte