Football

Football – Constant Omari : « Fatma Samoura ne vient pas pour superviser la CAF »

La secrétaire générale de la Fifa, Fatma Samoura, lors d'une conférence de presse, le mardi 25 avril 2017.

La secrétaire générale de la Fifa, Fatma Samoura, lors d'une conférence de presse, le mardi 25 avril 2017. © Dmitri Lovetsky/AP/SIPA

La Sénégalaise Fatma Samoura cumulera, à partir du 1er août et pendant six mois, son poste de secrétaire générale de la Fifa avec celui de « déléguée générale pour l’Afrique ». Elle « accompagnera » pendant cette période la Confédération africaine de football (CAF), explique à Jeune Afrique Constant Omari, l'un des vice-présidents de l'instance panafricaine.

Les dernières semaines ont été particulièrement agitées pour la CAF – alors que la Coupe d’Afrique des nations (CAN) va débuter vendredi 21 juin en Égypte. Entre la finale retour de la Ligue des champions à rejouer et les soupçons de corruption et de harcèlement sexuel – évoqués par l’Égyptien Amr Fahmy, ancien secrétaire général de l’instance, et visant personnellement Ahmad Ahmad – , l’actualité a été fournie.

Le président Ahmad a aussi été interpellé dans un hôtel parisien, jeudi 6 juin, dans le cadre d’une information judiciaire ouverte à Marseille fin mai dernier, notamment pour corruption, faux et usage de faux, association de malfaiteurs et abus de confiance, avant d’être relâché sans faire l’objet de poursuites.


>>> À LIRE – Football : Ahmad Ahmad, de la réforme de la CAF aux soupçons judiciaires


Ce jeudi, Fatma Samoura, secrétaire générale de la Fédération internationale de football (Fifa) a été nommée « déléguée générale pour l’Afrique », une fonction qu’elle cumulera du 1er août 2019 au 31 janvier 2020 avec son poste actuel. Elle sera « assisté d’un groupe d’experts », précise un communiqué de la Fifa, qui explique avoir été sollicitée par le comité exécutif de la CAF afin « d’apporter son expertise pour évaluer la situation et aider à accélérer la mise en place du processus de réforme en cours ».

Le Congolais Constant Omari, vice-président de la CAF, explique les intentions derrière ce projet.

Jeune Afrique : Qui est à l’origine de cette nomination de Fatma Samoura ?

Constant Omari : C’est la CAF qui en a fait la demande, car nous estimons que nous devons nous standardiser et élever notre niveau dans différents domaines : l’administratif, l’organisation de nos compétitions, le marketing, etc. Le président Ahmad Ahmad [qui est également vice-président de la Fifa] a évoqué cette collaboration avec [le patron du football mondial] Gianni Infantino, lequel a toujours considéré que le potentiel du foot africain devait être encore mieux exploité. La CAF doit améliorer son image.

Le président Ahmad, depuis son élection en 2017, a fait des réformes. Mais nous devons aller plus loin

Depuis 1960, toutes les mesures n’ont pas été prises pour développer le football sur le continent. Le président Ahmad, depuis son élection en 2017, a fait des réformes. Mais nous devons aller plus loin, et l’expertise de la Fifa ne peut être que bénéfique. L’instance faîtière a en effet elle-même beaucoup changé, alors qu’elle a été secouée par les scandales. La Fifa y est parvenue grâce à Gianni Infantino et son équipe, dont fait bien sûr partie Fatma Samoura.

La numéro 2 de la Fifa vient-elle, comme on peut le lire dans certains médias, pour superviser la CAF ?

En aucun cas ! Elle vient pour travailler avec la CAF, l’accompagner dans les réformes nécessaires que celle-ci doit effectuer dans sa gestion. Je voudrais d’ailleurs dire que j’ai été un peu surpris d’entendre l’UEFA dire que c’est la Fifa qui a imposé à la CAF Fatma Samoura. Je le répète, cette collaboration étroite va se faire à notre demande. La Fifa est certainement la mieux placée pour venir observer ce qui se passe à la CAF. Quand la Banque mondiale intervient dans un pays, c’est pour l’accompagner, pas pour imposer. Ce sera la même chose entre la CAF et la Fifa.

Cette nomination intervient quelques jours après l’imbroglio autour de la finale retour de la Ligue des Champions africaine, puis l’interpellation d’Ahmad Ahmad à Paris… Y a-t-il un quelconque lien avec ces événements ?

Je rappelle qu’aucune charge n’a été retenue contre Ahmad Ahmad… Mais l’image de la CAF doit changer. Pourquoi ? Parce que si nous voulons par exemple nouer de nouveaux partenariats et améliorer les finances de l’instance, cela passe par une révolution dans sa gestion.


>>> À LIRE – Interpellation d’Ahmad Ahmad : récit d’une journée d’imbroglio à la CAF


Vous parliez de la finale de la Ligue des champions, qui sera rejouée. Mais lors de cette finale s’est posé le problème des fumigènes. Ce n’est pas première fois que cela arrive, et ce n’est pas bon pour le rayonnement de la CAF. Les Anglais ont bien réussi à vaincre le hooliganisme. La CAF doit trouver des solutions pour en finir avec certains problèmes, et les fumigènes en font partie.

Quand connaîtra-t-on la feuille de route de Fatma Samoura ?

Très rapidement. Je rappelle qu’elle reste secrétaire générale de la Fifa. Elle va venir au Caire, au siège de la CAF, et elle se déplacera également en Afrique.

Cette mission ne durera-t-elle que six mois ?

Oui. C’est une base, d’une durée normale pour photographier une situation. Mais si nous estimons qu’il est nécessaire de prolonger la mission, nous solliciterons la Fifa.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte