Elections

Tunisie : Nabil Karoui, Kaïes Saïed, Abir Moussi… ces favoris qui pourraient être exclus des élections

Un bureau de l’Instance électorale, à Tunis (image d'illustration). © Ons Abid pour JA

Enfin adoptés par l'Assemblée, les amendements du Code électoral n'en continuent pas moins de susciter le débat. Plusieurs candidats bien placés dans les sondages risquent d'être exclus des scrutins législatifs et présidentiel de l'automne... même si le texte reste soumis à interprétation, et pourrait aussi être rejeté pour inconstitutionnalité.

Nouveau rebondissement dans la course aux élections en Tunisie. Le Code électoral, adopté mardi 18 juin lors d’une séance plénière de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), n’est pas encore promulgué qu’il suscite déjà de multiples inquiétudes et conjectures, puisqu’il pourrait écarter un certain nombre de candidats des scrutins. En effet, le texte prévoit d’exclure les responsables de médias ou associations, plus précisément ceux ayant exercé une « activité interdite aux partis ou une publicité politique » durant l’année précédant les élections législatives et présidentielle, prévues respectivement les 6 octobre et 17 novembre prochains.

« Cette loi me cible personnellement, mais je vous assure que cela ne me touchera pas et n’arrêtera pas le dynamisme de notre projet (qui) inspire des millions de citoyens. Je ne les laisserai pas tomber, et je promets qu’ensemble nous gagnerons », a ainsi commenté sur sa page Facebook le candidat Nabil Karoui, fondateur de la chaîne Nessma TV et de l’association Khalil Tounes, donné en tête d’un récent sondage.

Autre personnalité potentiellement touchée, Olfa Terras Rambourg, cofondatrice de l’association 3ïch tounsi, qui laisse planer le doute depuis plusieurs mois sur son éventuelle candidature. « Personne n’est obligé d’être dans un parti pour faire de la politique, sinon les listes indépendantes ne serviraient plus à rien, répond-elle à Jeune Afrique. Si les dirigeants actuels qui ont voté ces amendements sont coincés dans leur modèle qui ne marche plus, et qu’ils veulent coincer toute la Tunisie avec eux, nous leur répondons non ! »

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte