Politique

Égypte : l’ancien président Mohamed Morsi a été enterré au Caire

Egypte: verdict attendu pour Morsi qui risque la peine de mort © AFP

L'ancien président égyptien Mohamed Morsi, décédé lundi, a été enterré mardi à Medinat Nasr, un quartier de l'est du Caire, a déclaré l'un de ses avocats à l'AFP.

« Il a été enterré à Medinat Nasr, dans l’est du Caire, en présence de sa famille. La prière funèbre a été faite à l’hôpital de la prison de Tora » où il avait été déclaré mort lundi, a indiqué l’avocat, Abdelmoneim Abdel Maksoud.

Issu des Frères musulmans, Mohamed Morsi, premier dirigeant élu démocratiquement en Égypte, est mort lundi après une audition devant un tribunal du Caire, près de six ans après sa destitution par son successeur Abdel Fattah al-Sissi, alors chef de l’armée. Incarcéré depuis 2013, il purgeait une peine de prison pour falsification de documents produits en vue de sa candidature à la présidentielle en 2012. Il avait été jugé dans plusieurs affaires, dont un dossier d’espionnage pour l’Iran, le Qatar et des groupes militants comme le Hamas à Gaza. Il a également été accusé de fomenter des actes de terrorisme.

Dans un communiqué, le Hamas a déclaré qu’il « pleurait l’ancien président égyptien Mohamed Morsi, décédé lundi soir après une longue lutte au service de l’Egypte, de son peuple et surtout de la cause palestinienne ». Le Hamas, qui dirige la bande de Gaza depuis 2007, est une émanation du mouvement des Frères musulmans.

Après la destitution de Morsi en 2013, le Hamas a eu des relations tendues avec son successeur, Abdel Fattah al-Sissi, le Caire accusant le mouvement palestinien de soutenir les militants islamistes dans la région agitée du Sinaï, à la frontière avec Gaza. Les liens entre le Hamas et Le Caire se sont depuis améliorés.

Erdogan accuse le pouvoir

Les Frères musulmans ont accusé les autorités égyptiennes de « meurtre à petit feu » de l’ancien président issu de cette confrérie, Mohamed Morsi, décédé après une audition devant un tribunal du Caire. Dans un communiqué au titre évoquant un « assassinat », le Parti de la Liberté et de la Justice, bras politique de la confrérie, a dénoncé les mauvaises conditions de détention de Morsi, emprisonné depuis sa destitution par l’armée en 2013.

« L’histoire n’oubliera jamais les tyrans qui l’ont conduit vers la mort en le mettant en prison et en le menaçant de l’exécuter », a pour sa part, déclaré Erdogan, un allié proche de l’ancien président égyptien, lors d’un discours télévisé à Istanbul. Les relations entre la Turquie et l’Egypte sont quasi inexistantes depuis la destitution de Morsi par l’armée égyptienne.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte