Sécurité

Nigeria : au moins trente morts dans un triple attentat de Boko Haram dans le Nord-Est

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 17 juin 2019 à 11h47
Les forces nigérianes sont emplyées dans la lutte contre le terrorisme, engagée par Muhammadu Buhari (photo d’illustration).

Les forces nigérianes sont emplyées dans la lutte contre le terrorisme, engagée par Muhammadu Buhari (photo d'illustration). © Sunday Alamba/AP/SIPA

Un triple attentat suicide attribué à Boko Haram a fait au moins 30 morts et plus de 40 blessés dans le nord-est du Nigeria dimanche. C’est l’attentat le plus meurtrier perpétré par le groupe islamiste depuis des mois dans cette région.

« Pour l’instant, nous recensons 30 morts et plus de 40 blessés », a précisé Usman Kachalla, responsable local des services de secours. Trois kamikazes ont déclenché dimanche soir leurs charges explosives devant un centre de retransmission de football où des dizaines de personnes regardaient un match dans la ville de Konduga, à 38 km de Maiduguri, la capitale de l’État du Borno.

Depuis plusieurs mois, les jihadistes ont multiplié les assauts sur les bases militaires, profitant du repli de l’armée pour s’emparer du matériel de pointe, comme des blindés. Le 10 mai, c’est la base militaire de Gajiganna, à 50 km de Maiduguri qui a été prise pour cible par des hommes d’une faction de Boko Haram. Trois soldats nigerians y avaient perdu la vie.

Selon le Nigeria Security Tracker, les pertes militaires ont considérablement augmenté depuis juillet 2018, et Boko Haram, affaibli en 2016 et 2017, se renforce.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer