Politique

Tunisie : les petits arrangements entre Chahed et Ghannouchi pour l’amendement du code électoral

Le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, le 6 décembre 2016. © Hassene Dridi/AP/SIPA

Youssef Chahed, le chef du gouvernement tunisien et président du parti Tahya Tounes, s'est réuni discrètement en milieu de semaine dernière avec le leader d'Ennahdha Rached Ghannouchi, afin d'examiner les amendements au code électoral avant qu'ils ne soient discutés à l'Assemblée.

Les amendements au code électoral, en cours de discussion à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), n’ont pas été préalablement examinés par la Commission du consensus de l’ARP, mais lors d’une discrète réunion à Dar Dhiafa, le 12 juin.


>>> À LIRE – [Tribune] Tunisie : quand l’impossible adoption du Code électoral révèle l’immaturité démocratique


Y ont notamment participé : Youssef Chahed, le chef du gouvernement, par ailleurs président de Tahya Tounes ; Selim Azzabi, le secrétaire général de ce parti ; et Rached Ghannouchi, le leader ­d’­­Ennahdha.

Exclusions de Nabil Karoui et d’Abir Moussi

En contrepartie de l’exclusion de l’élection présidentielle du candidat indépendant Nabil Karoui, que réclamait Tahya Tounes, Ennahdha a exigé qu’Abir Moussi, la dirigeante du Parti destourien libre, soit elle aussi écartée du scrutin.

Incapables depuis des mois de se mettre d’accord sur un nouveau code électoral, les députés ont reporté une nouvelle fois, jeudi 13 juin, l’adoption du texte aux dispositions controversées, notamment concernant le seuil de représentativité et l’exclusion de certains candidats au scrutin présidentiel de novembre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte