Dossier

Cet article est issu du dossier «Aliou Sall-Frank Timis : l’affaire qui secoue la présidence sénégalaise»

Voir tout le sommaire
Politique

Affaire Pétro-Tim : l’État du Sénégal a-t-il bradé ses hydrocarbures ?

Champ petrolier offshore. © Renaud Van der Meeren pour les Éditions du Jaguar

Plusieurs responsables politiques sénégalais sont accusés d’avoir permis à des entreprises étrangères de s'enrichir indûment lors de l'attribution de concessions en matière d'hydrocarbures, au détriment de l'intérêt du pays. Jeune Afrique démêle le vrai du faux sur les contrats conclus par l'État.

C’est une affaire aux ramifications multiples, décrite comme un « scandale » pétrolier qui pourrait impliquer jusqu’au président de la République Macky Sall, en raison du rôle prêté à son frère Aliou Sall auprès du trust appartenant à l’homme d’affaires australo-roumain Frank Timis qui se serait enrichi massivement au détriment des Sénégalais. Au cœur des accusations brandies par les détracteurs du président sénégalais, des contrats jugés opaques qu’aurait passé l’État avec des multinationales.

Depuis l’élection de Macky Sall, le Sénégal s’est pourtant engagé à promouvoir une gestion transparente de ses richesses gazières et pétrolières. Dès 2013, il a rejoint l’ITIE, l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives, une organisation qui évalue la bonne gouvernance des pays dans le secteur des hydrocarbures en fonction de critères précis. Le Sénégal a d’ailleurs été le premier pays africain à enregistrer des « progrès satisfaisants »  dans la mise en œuvre des normes ITIE, selon les experts.

Dans le cadre de cette initiative, le pays s’est notamment engagé à publier systématiquement tous les contrats conclus avec les compagnies pétrolières. Jeune Afrique les a passés au crible. L’occasion de relever certaines contre-vérités, mais aussi de distinguer plusieurs zones d’ombres, dans cette affaire qui embarrasse la présidence depuis plusieurs années.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Lire les autres articles du dossier

«Aliou Sall-Frank Timis : l’affaire qui secoue la présidence sénégalaise»

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte