Dernière minute

CAN 2019 : le retour de Kwadwo Asamoah, un « vrai plus » pour le Ghana

Kwadwo Asamoah lors d'un match entre Tottenham et l'Inter Milan, à Londres, le 28 novembre 2018.

Kwadwo Asamoah lors d'un match entre Tottenham et l'Inter Milan, à Londres, le 28 novembre 2018. © Matt Dunham/AP/Sipa

En 2017, le milieu de terrain des Black Stars (30 ans) est revenu en sélection après trois ans d’absence. Kwadwo Asamoah, aujourd’hui à l’Inter Milan, a effectué toute sa carrière professionnelle en Italie, où il s’est construit un palmarès impressionnant.

Après la Coupe du monde 2014 au Brésil, Kwadwo Asamoah avait pris ses distances avec la sélection nationale ghanéenne. Des blessures à répétition et une certaine lassitude, sans doute, avaient poussé le natif d’Accra à s’éloigner un temps des Black Stars.

Le milieu de terrain avait manqué les éditions 2015 et 2017 de la Coupe d’Afrique des nations où, sans lui, le Ghana avait respectivement atteint la finale et terminé quatrième. Son retour n’est pourtant pas passé inaperçu dans un pays qui attend depuis désormais trente-sept ans que son équipe remonte sur le toit de l’Afrique, après son dernier sacre obtenu en Libye en 1982.

Polyvalence, qualités techniques et athlétiques

Avec Asamoah, le Ghana s’est qualifié sans (trop) souffrir pour l’édition 2019 où il sera, comme d’habitude, considéré comme l’un des principaux outsiders d’une compétition élargie à 24 équipes.

Le milieu de terrain, qui peut également jouer défenseur latéral gauche, brille par sa polyvalence, ses qualités techniques et athlétiques. « C’est un joueur complet, qui peut évoluer à plusieurs postes », résume Claude Le Roy, l’ex-coach français du Onze ghanéen, qui l’avait convoqué pour la CAN 2008 – sans toutefois lui offrir la moindre minute de jeu. « Je l’avais remarqué alors qu’il jouait un match avec l’équipe B de Liberty Professionnals, et je l’avais retenu pour la CAN à domicile car il m’avait fait une très bonne impression », raconte l’actuel sélectionneur du Togo.

Recruté par le club suisse de Bellinzona, il s’est ensuite vite expatrié en Italie, qu’il considère comme sa deuxième patrie. Au Torino d’abord, sans jamais jouer en Série A, puis à Udinese (2008-2012) où, en plus de cent matchs avec l’équipe du Frioul, à côté du Marocain Mehdi Benatia, il s’est fait repérer par la Juventus Turin.

Il fait une belle carrière, dommage qu’elle ait été parfois perturbée par les blessures. Pour sa sélection, la présence d’Asamoah est un vrai plus

Dans le Piémont, Asomoah a remporté six titres de champion et quatre fois la Coupe d’Italie. Mais son séjour à la Vieille Dame, qui avait bien commencé, a été perturbé par une sérieuse blessure au genou. Sa progression a été freinée, et le Ghanéen est devenu un second choix à Turin, où ses deux dernières saisons ont été mitigées.

Une situation qui a poussé Asamoah à rejoindre en juillet dernier la prestigieuse écurie de l’Inter Milan, avec qui il vient d’effectuer une saison convaincante. « Il fait une belle carrière, dommage qu’elle ait été parfois perturbée par les blessures. Pour sa sélection, la présence d’Asamoah est un vrai plus. C’est vraiment une bonne chose qu’il ait décidé de revenir en 2017, car il apporte son expérience et sa technique », conclut Claude Le Roy.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte