Politique

Côte d’Ivoire : entre Soro et Soumahoro, la bataille fait rage pour la présidence de l’APF

Guillaume Soro (g.) et Amadou Soumahoro (d.) se disputent la présidence de l'Assemblée parlementaire de la francophonie.

Guillaume Soro (g.) et Amadou Soumahoro (d.) se disputent la présidence de l'Assemblée parlementaire de la francophonie. © Photomontage / Issam Zelji/TRUTHBIRD MEDIAS pour JA / REUTERS/Thierry Gouegnon

Qui d'Amadou Soumahoro ou de Guillaume Soro sera désigné président de l'Assemblée parlementaire de la francophonie (APF) début juillet ? La question sera tranchée lors de la rencontre des parlementaires africains de l'institution, les 14 et 15 juin à Rabat. En attendant, l'actuel président du Parlement ivoirien et son prédécesseur se livrent une intense bataille.

Guillaume Soro va-t-il réussir à obtenir la présidence l’Assemblée parlementaire de la francophonie (APF) ? En étant son actuel vice-président, le poste aurait dû lui échoir pour les deux prochaines années, mais sa démission de la présidence de l’Assemblée nationale ivoirienne, le 8 février, a tout changé. Depuis, son successeur Amadou Soumahoro fait tout pour le lui ravir, avec le soutien du chef de l’État Alassane Ouattara. Les camps estiment que les textes leur donnent raison.

Soumahoro a officiellement fait acte de candidature à Ouagadougou, fin avril, à l’occasion d’une réunion de la section Afrique de l’APF au Burkina Faso, où il s’était rendu en compagnie de Jeannot Ahoussou-Kouadio, le président du Sénat, expliquant qu’il était désormais le choix de la Côte d’Ivoire. Selon les statuts de l’APF, c’est en effet à Abidjan que doit revenir le poste.


>>> À LIRE – Côte d’Ivoire : Soumahoro et Soro, les éternels rivaux en duel pour la présidence de l’APF


Lettres de Soro

Guillaume Soro n’a pas tardé à réagir en envoyant des courriers au Québécois François Paradis, président sortant de l’APF, et au Français Jacques Krabal, son secrétaire général. Il y proteste notamment contre le traitement réservé à Ouagadougou au chargé de mission de la section ivoirienne de l’APF, Bassatigui Fofana. Ce député du Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (Raci), proche de Soro, aurait été « empêché de participer » à la réunion et n’aurait pas pu « présenter son rapport d’activité ».

Lettre de Guillaume Soro au Bureau de l’APF by Jeune Afrique on Scribd

Soumahoro saisi les instances de l’APF

Amadou Soumahoro a lui aussi saisi les instances de l’APF, notamment en avril pour modifier la composition de la section ivoirienne de l’organisation, dont il devient le président en lieu et place de Soro, tout bonnement éjecté de la section. Une décision acceptée par l’APF, qui place Soumahoro en position de force, et Soro a dénoncé dans un nouveau courrier envoyé le 30 mai.

« Le règlement de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire a été violé à plus d’un titre. La constitution d’une nouvelle section ivoirienne de l’APF par mon successeur est, dans ces conditions, irrégulière et illégale en droit ivoirien », écrit-il.

Rencontres

Depuis, plusieurs démarches ont été entamées auprès des présidents d’assemblées nationales du continent. Le 5 juin, Soro a rencontré celle de la République du Congo (RDC), Jeanine Mabunda. Le lendemain, Soumahoro était à Dakar pour s’entretenir avec le Sénégalais Moustapha Niasse, qui, en tant que doyen continental, a été chargé de mener une médiation, selon plusieurs proches de Soro.

« Je ne me suis pas rendu à Dakar pour une quelconque médiation. Cette visite à mon aîné était prévue. Il se trouve que Moustapha Niasse a été sollicité pour donner son éclairage », précise à Jeune Afrique Amadou Soumahoro. « Il n’y a pas de problème entre Guillaume Soro et moi, mais entre Guillaume Soro et l’État de Côte d’Ivoire. La question est de savoir si l’APF estime qu’un individu peut prendre le pas sur un pays. Si les textes le permettent, qu’ils le choisissent, mais ce n’est pas ma position », poursuit-il.

Le nouveau président de l’APF doit prendre ses fonctions lors de la prochaine session de l’institution (5 au 9 juillet à Abidjan). Mais le différend entre Soumahoro et Soro sera d’abord tranché lors de la prochaine rencontre des parlementaires africains de l’APF, à laquelle les deux protagonistes participeront. Initialement prévue les 11 et 12 juin à Rabat, elle a été reportée au 14 et 15 juin.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte