Dossier

Cet article est issu du dossier «Aliou Sall-Frank Timis : l’affaire qui secoue la présidence sénégalaise»

Voir tout le sommaire
Pétrole & Gaz

Sénégal : Macky Sall dénonce une tentative de « déstabilisation » après les accusations de corruption contre son frère

Macky Sall, le chef de l'État sénégalais au palais présidentiel, à Dakar, en juin 2015.

Macky Sall, le chef de l'État sénégalais au palais présidentiel, à Dakar, en juin 2015. © Youri Lenquette pour JA

Le président sénégalais Macky Sall a dénoncé mercredi une tentative de "déstabilisation", trois jours après des accusations de corruption portées contre l'un de ses frères dans un reportage de la BBC consacré au prometteur secteur gazier et pétrolier dans le pays.

« Nous savons que là où il y a du pétrole, certains vont tenter de déstabiliser le pays (…) Le gouvernement va poursuivre cette affaire », a déclaré Macky Sall après la prière de l’Aïd el-Fitr marquant la fin du ramadan, alors que l’exploitation d’importantes réserves au large du Sénégal devrait commencer d’ici à 2021-2022.
« Je tiens à ce que la vérité soit rétablie », a-t-il dit, sans citer le nom de son frère en raison du « caractère privé » de cette mise en cause.

Réclamant des preuves, il a promis : « S’il faut sanctionner, nous allons sanctionner ».

« Toutefois, nous n’accepterons pas de fausses accusations », a averti le chef de l’État, élu en 2012 et réélu en février dernier, en assurant que « jamais un pays n’a pris autant de dispositions pour éviter les écueils par rapport aux ressources qui vont être exploitées dans les prochaines années ».

En juin 2012, peu après son élection, Macky Sall avait confirmé la décision de son prédécesseur, Abdoulaye Wade, d’attribuer l’exploitation de deux champs pétroliers et gaziers au large du Sénégal à la société Timis Corporation de l’homme d’affaires australo-roumain Frank Timis, novice dans le secteur.

250 000 dollars

Dimanche, la BBC a affirmé que ce même groupe avait secrètement versé deux ans plus tard une prime de 250 000 dollars à Agritrans, une société contrôlée par Aliou Sall, frère cadet de Macky Sall.
Aliou Sall a qualifié mardi de « totalement fausses » ces informations et promis de poursuivre la BBC en diffamation.

Le député Ousmane Sonko, candidat malheureux à la dernière présidentielle, s’est dit mercredi « sidéré » par les explications de Macky Sall.

« Moi, Ousmane Sonko, je l’accuse d’être le seul responsable de cette corruption qui en cache des dizaines d’autres. Il est le responsable de faits caractéristiques de haute trahison », a lancé sur Facebook le virulent député, dont le credo mêle patriotisme économique et dénonciation de la mal-gouvernance.
« À chaque fois, la stratégie a consisté à tenter d’allumer un contre-feu en se cachant lâchement derrière l’argument d’une prétendue  »manipulation d’opposants » ou d’une  »tentative de déstabilisation de notre pays par des forces obscures » ».

La BBC affirme également que les participations de Timis Corporation ont été rachetées par le géant pétrolier BP en 2017 pour 250 millions de dollars, assorti de redevances de quelque 10 milliards de dollars sur 40 ans, privant la population d’importants revenus alors que le Sénégal figure parmi les 25 pays les plus pauvres au monde. BP a assuré avoir effectué toutes les vérifications nécessaires en matière d’éthique avant de signer ce contrat.

Lire les autres articles du dossier

«Aliou Sall-Frank Timis : l’affaire qui secoue la présidence sénégalaise»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte