Politique

Ali Ghediri : « L’Algérie n’est pas le Soudan, Gaïd Salah fait tout pour accompagner la transition »

Le candidat à la présidentielle du 18 avril Ali Ghediri, le 5 février 2019 à Alger. © LOUIZA AMMI POUR JA

Ali Ghediri, général à la retraite et ex-candidat à l'élection présidentielle, continue d'appeler à l'organisation d'un scrutin « dans un bref délai », première étape selon lui d'un changement profond du système. L'ancien militaire se montre en revanche très prudent dès qu'il s'agit d'évoquer le rôle du chef d'état-major dans la transition. Interview exclusive.

Dimanche 2 juin, le Conseil constitutionnel a déclaré impossible la tenue du scrutin prévu le 4 juillet prochain, appelant le chef de l’État par intérim à convoquer de nouveau le corps électoral. Ainsi, le mandat d’Abdelkader Bensalah – initialement de quatre-vingt-dix jours, comme l’établit la Constitution algérienne – a été de fait prolongé « jusqu’à l’élection du Président de la République et la prestation du serment constitutionnel ».

Dans ce contexte, l’ancien général-major Ali Ghediri, candidat à l’élection initialement prévue le 18 avril avec comme programme « le départ du système », revient sur les derniers événements et annonce ne pas vouloir quitter la scène politique algérienne. Si l’ancien directeur des ressources humaines au ministère de la Défense nationale avait déclaré vouloir se représenter pour l’échéance du 4 juillet, il a finalement choisi de ne pas déposer son dossier pour « ne pas trahir la volonté populaire » et rester « fidèle à la Constitution ».


>>> À LIRE – Algérie : pour le général-major Ali Ghediri, candidat à la présidentielle, « l’heure est venue pour nos aînés de passer la main »


Le général Ghediri persiste à croire « qu’une élection présidentielle représente la seule voie possible » pour sortir de l’impasse, même si « les solutions qui semblaient pertinentes en mars ne le sont plus aujourd’hui ». Il reste cependant vague quant au rôle du commandement de l’armée dans la transition, se disant simplement « optimiste » et espérant que « la raison puisse prévaloir ».

Jeune Afrique : Selon vous, le report de l’élection était-il inévitable ?

Ali Ghediri : À partir du moment où les conditions préalables fixées par la rue ne sont pas respectées, et en considérant le fait qu’il n’y avait pas de candidat sinon deux méconnus des Algériens, je considère que oui, le report était inévitable.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte