Télécoms

Tours télécoms : American Tower rachète son concurrent Eaton pour 1,85 milliard de dollars

Une tour télécom (illustration) © Vincent Fournier/JA

Le groupe American Tower a annoncé l'acquisition de son concurrent anglais Eaton, ce qui fait de lui l'un des leaders du continent sur un secteur jusqu'à récemment réservé aux opérateurs téléphoniques.

Le groupe américain American Tower Corp a annoncé le 30 mai avoir conclu un accord définitif pour acquérir le groupe Eaton Towers, basé à Londres, pour un montant de 1,85 milliard de dollars (1,66 milliard d’euros) – dettes comprises. Cette dernière exploite environ 5 500 tours de télécommunications sur le continent (Ouganda, Ghana, Kenya, Burkina Faso, Niger), ce qui portera les propriétés de la société américaine à près de 175 500 tours, réparties sur 17 pays à travers le monde.

260 millions de dollars de revenus en un an

L’exploitation de tours télécoms est un business florissant en Afrique. Selon Jim Taiclet, PDG d’American Tower, cette acquisition devrait permettre au groupe de « tirer encore mieux parti des opportunités de croissance dans la région, alors que la technologie 4G sera déployée pour servir des millions d’Africains dans les années à venir », et devrait générer environ 260 millions de dollars de revenus et 165 millions de dollars de marge brute au cours des douze mois qui suivront l’acquisition – prévue pour la fin de l’année, sous réserve que les conditions de clôture et autorisations réglementaires soient validées, précise le communiqué.

Il y a moins d’un an, le groupe Eaton avait renoncé à intégrer les places boursières de Londres et Johannesburg, craignant de ne pas atteindre la valorisation à 2 milliards de dollars que ses investisseurs jugeaient nécessaires pour financer son développement. Un revirement de situation comparable à celui de ses concurrents Helios Towers et IHS ,qui ont renoncé l’an passé à coter leurs activités en bourse, en raison de réticences exprimées sur les marchés, notamment à cause des instabilités politiques au Nigeria et en RDC.


>>>À LIRE. Télécoms : des « towercos » en proie au doute


Eaton a finalement choisi de confier son développement à American Tower, lequel opte pour une stratégie de fusion-acquisition de ses concurrents afin de gagner en importance sur le marché. Cette acquisition d’Eaton est la deuxième du groupe américain en un an, après une opération visant 723 tours de Telkom Kenya, en mai 2018.

Malgré la concurrence d’Hélios et d’IHS sur le marché africain, la majorité des tours de télécommunication reste détenue par les opérateurs téléphoniques (61 % des 155 000 tours du continent en 2017, selon un rapport du spécialiste TowerXchange), peu enclins à s’en séparer.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte