Politique

RDC : la dépouille d’Étienne Tshisekedi annoncée à Kinshasa en début de soirée

Cérémonie d'hommage à Étienne Tshisekedi à Bruxelles, le 5 février 2017.

Cérémonie d'hommage à Étienne Tshisekedi à Bruxelles, le 5 février 2017. © Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

L'Airbus qui doit ramener à Kinshasa la dépouille d'Étienne Tshisekedi a décollé de l'aéroport de Zaventem, en Belgique. Le vol, qui devait initialement transporter le corps de l'opposant historique congolais dans la nuit de mercredi à jeudi, avait été « reporté » en raison de « problèmes logistiques ».

Kinshasa était fin prête. Les abords du Stade des martyrs, où doivent se dérouler l’essentiel des cérémonies, avaient été nettoyés. La plupart des officiels et journalistes avaient, non sans mal, obtenu leur accréditation. Et la journée de jeudi avait même été déclarée chômée mais payée à Kinshasa par les autorités.

Mais l’avion transportant le corps d’Étienne Tshisekedi n’a finalement pas atterri dans la capitale congolaise, comme prévu, ce jeudi à 8 heures du matin. Son départ, qui devait avoir lieu la veille au soir depuis l’aéroport militaire de Melsbroek, dans la banlieue de Bruxelles, au terme d’une cérémonie à laquelle devait participer le vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères et de la Défense, Didier Reynders, a été reporté.

« Problème logistique »

Selon une source diplomatique belge, le retard est dû à un « problème logistique de l’avion ». En l’occurrence, un A330 d’une capacité de 270 personnes, affrété par les autorités congolaises pour transporter le corps et une grande partie de l’entourage.


>>> À LIRE – Étienne Tshisekedi : un scandale congolais


À Kinshasa, les sources officielles se sont avérées peu disertes sur les raisons de ce report. Mercredi soir, elles espéraient encore pouvoir maintenir le programme de la journée de jeudi, à savoir une longue procession, depuis l’aéroport, jusqu’à la morgue de l’hôpital du Cinquantenaire, dans le centre de la ville, en passant par la mythique résidence du défunt, dans la commune de Limete.

Le comité d’organisation des obsèques a quant à lui assuré, via un communiqué publié dans la nuit, que « tout est mis en œuvre pour ramener à bon port la dépouille [d’Étienne Tshisekedi] jeudi 30 mai à 16 heures à l’aéroport international de N’djili ».

Les Kinois risquent toutefois d’attendre le début de soirée pour célébrer ce moment tant attendu. Toute la matinée de jeudi, la plus grande confusion continuait d’entourer le calendrier du rapatriement du corps de l’ancien opposant historique, dont l’avion devait quitter le terminal des vols privés d’Abelag, à l’aéroport de Zaventem.

Dernier épisode en date, la directrice de la communication de la présidence, Lydie D. Omanga, assurait finalement dans un tweet que « l’avion qui ramène la dépouille du feu (sic) Premier ministre Étienne Tshisekedi vient de décoller de Bruxelles à 11h25 heure de Kinshasa ».

Une information confirmée à Jeune Afrique par une source à l’aéroport de Zaventem, qui précise que « son avion a décollé à 12h41 heure locale ».

Opposant historique

De quoi apaiser l’impatience des nombreux Kinois pressés de rendre hommage à cet homme à poigne qui a longtemps incarné à lui seul l’opposition à Mobutu Sese Seko puis à Laurent-Désiré Kabila, et enfin à son fils Joseph. Étienne Tshisekedi s’est éteint à Bruxelles le 1er février 2017. S’en sont suivies de longues et infructueuses négociations pour le retour de sa dépouille entre le camp du président Joseph Kabila, et celui du fils du défunt, Félix Tshisekedi, alors opposant.

Félix Tshisekedi a finalement été élu président lors de la présidentielle du 30 décembre 2019. La cérémonie en hommage à son père, que la télévision d’État nomme désormais « le père de la démocratie », devait lui permettre d’asseoir son autorité et la légende sa famille – Étienne Tshisekedi doit être élevé au rang de « héros national ».

Chefs d’État attendus

La cérémonie d’inhumation est prévue samedi. Plusieurs chefs d’État africains ont déjà confirmé leur présence : le Togolais Faure Gnassingbè, l’Angolais João Lourenço, le Zambien Edgar Lungu, le Rwandais Paul Kagame et le Congolais Denis Sassou Nguesso.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte