Politique

RDC : les funérailles d’Étienne Tshisekedi bientôt célébrées après plus de deux ans d’attente

Cérémonie d'hommage à Étienne Tshisekedi à Bruxelles, le 5 février 2017.

Cérémonie d'hommage à Étienne Tshisekedi à Bruxelles, le 5 février 2017. © Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

Le corps de l’opposant historique Étienne Tshisekedi devait arriver jeudi à Kinshasa, où les cérémonies de funérailles doivent s’étaler jusqu’à samedi.

À la croisée de son statut familial et politique, Félix Tshisekedi est au cœur de ce rendez-vous intime et public prévu sur trois jours. L’arrivée du corps de son père est prévue jeudi matin à Kinshasa, tandis que l’inhumation est attendue samedi, avec un hommage populaire au stade des Martyrs vendredi. La journée de jeudi a d’ailleurs été déclarée « chômée et payée sur tout l’étendue de la ville-province de Kinshasa » par les autorités.

« Ce ne sont pas des obsèques, mais la commémoration et la célébration de la victoire de la démocratie », a indiqué Lucien Lundula, le coordonnateur du Comité d’organisation. Étienne Tshisekedi, dont le fils et nouveau président se présente dans la continuité de son œuvre, avait en effet défié la dictature du maréchal Mobutu Sese Seko en 1982, et sera resté le premier opposant au régime jusqu’à son décès à Bruxelles le 1er février 2017.

Les funérailles sont d’autant plus attendues par la famille Tshisekedi qui, durant deux ans, n’a pas pu enterrer son patriarche décédé à l’âge de 84 ans, faute d’accord avec l’ancien régime du président Joseph Kabila sur les organisations des obsèques.

Pour l’occasion, Félix Tshisekedi recevra six chefs d’État africains, dont son homologue du Rwanda Paul Kagame, un pas supplémentaire dans le réchauffement des relations entre les deux voisins.

Cortège funéraire

Durant toute la journée de jeudi, le cortège funèbre ira de l’aéroport de Ndjili jusqu’à la morgue de l’hôpital du Cinquantenaire, parcourant ainsi une trentaine de kilomètres. Le cortège passera à mi-parcours à Limete, à l’ancienne résidence du défunt, le siège et bastion de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti fondé en 1982 sous le régime du parti unique de Mobutu. L’UDPS traverse actuellement une crise de leadership depuis que Félix Tshisekedi, qui en est depuis devenu le président, a accédé au pouvoir.

Vendredi, le corps doit être exposé au stade des Martyrs – pouvant accueillir jusqu’à 80 000 personnes – pour un recueillement populaire, une messe et une veillée mortuaire « en présence de la famille présidentielle », « jusqu’à l’aube ».

« Ces obsèques sont un test pour Félix Tshisekedi », estime Emmanuel Kabongo, professeur de Sciences politiques à l’Université pédagogique nationale (UPN). « Le challenge consiste à voir comment le peuple va honorer son icône, et comment le transfert de la popularité et de la complicité va se faire du père au fils après les obsèques », ajoute-t-il.

Félix Tshisekedi va de fait mesurer la popularité de son nom au moment où il doit encore constituer un gouvernement en coalition avec son prédécesseur Joseph Kabila, qui a gardé tous les autres leviers du pouvoir.

Polémique sur le coût des obsèques

Derrière ces célébrations très attendues, une polémique sur le coût des funérailles a été lancée par le mouvement citoyen la Lutte pour le changement (Lucha). « Honorer Étienne Tshisekedi en gaspillant l’argent public, c’est renier sa devise : “le peuple d’abord” », a regretté la Lucha, citant le porte-parole du comité d’organisation qui indiquait que « le coût de ces obsèques est dans la fourchette de deux à six millions de dollars ».

« Pour le moment le financement dont on dispose n’émane pas du Trésor public, a affirmé Moss Lenga, le porte-parole du comité d’organisation des obsèques. À certains égards on fera avec les moyens à notre disposition ».

La polémique a enflé avec la fuite sur les réseaux sociaux d’un document indiquant que la retransmission des obsèques sur la télévision nationale pourrait coûter plus de 52 000 dollars.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte