Bourse

Tunisie : net recul des investissements industriels au premier semestre

En juin 2014, 326 projets industriels ont été déclarés en Tunisie.

En juin 2014, 326 projets industriels ont été déclarés en Tunisie. © Onis Abid pour J.A

Les investissements industriels en Tunisie ont reculé de plus d’un tiers durant le premier semestre 2014 par rapport à la même période l’an dernier à 1,434 milliard de dinars (625 millions d’euros). Le secteur tertiaire, en revanche, se porte mieux.

Sur les six premiers mois de l’année 2014, les investissements industriels déclarés en Tunisie ont atteint 1,434 milliard de dinars (625 millions d’euros), soit 33,4 % de moins que les 2,155 milliard de dinars (environ 939 millions d’euros) enregistrés au premier semestre 2013, selon les statistiques de l’Agence tunisienne de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII).

Les segments d’activité les plus affectés par cette baisse sont le secteur des matériaux de construction qui enregistre une diminution de 41,6 %, passant de 616 millions de dinars (269 millions d’euros) l’an dernier à 359 millions de dinars (157 millions d’euros) durant le premier semestre 2014, ainsi que l’industrie mécanique et électrique qui a perdu 62,4% en un an : 174 millions de dinars (76 millions d’euros) depuis le début de l’année contre 462 millions de dinars (201 millions d’euros) durant la même période en 2013.

Moins de créations d’emplois

Cette chute des investissements reflète en grande partie l’incertitude dans laquelle la Tunisie est plongée depuis plus d’un an. Le gouvernement intérimaire actuel, dirigé par Mehdi Jomaa depuis janvier, a pour mission de préparer les élections présidentielles et législatives prévues cette année.

Une situation transitoire donc qui n’encourage pas les investissements et la prise de risque. Pour preuve : si selon le rapport de l’APII, les projets déclarés sont en hausse de 5 % (2 066 cette année contre 1 967 au premier semestre 2013) l’enveloppe totale représentée par les projets dont le coût est supérieur à un million de dinars – 77,9 % de l’investissement industriel dans le pays – est nettement plus faible. Elle est passée de 1,863 milliard de dinars durant le premier semestre 2013 à 1,117 milliard de dinars cette année.

Lire aussi:

Tunisie : l’ardente nécessité de l’investissement privé

La Tunisie va augmenter de 6 % le salaire minimum dans le privé

I&P invente l’investissement sociétal

Des investisseurs étrangers plus frileux

Une chute liée à la brusque diminution des « investissements à participation étrangère » qui sont en retrait de 65,6 % sur la première moitié de l’année.

Selon les chiffres de l’APII, les investissements mixtes sont passés de 809,5 millions de dinars (environ 352 millions d’euros) au premier semestre 2013 à 221,7 millions de dinars (96 millions d’euros) durant la première moitié de l’année 2014.

Les « investissements 100 % étrangers » ont eux décliné de 44,6 % : 150 millions de dinars (65 millions d’euros) cette année contre 271 millions de dinars (118 millions d’euros) durant le premier semestre 2013.

Services

Point positif : les investissements dans les services enregistrent une hausse de 29,2 % par rapport au premier semestre 2013, croissant de 750,1 millions de dinars (327 millions d’euros) à 968,9 millions de dinars (422 millions d’euros). L’APII rapporte que le nombre de projets déclarés dans ce secteur est passé de 4 658 durant la première moitié de 2013 à 4 952 au cours des six premiers mois de cette année. Confirmation, s’il en fallait, du potentiel et de la résilience de l’économie des services en Tunisie.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte