Politique

[Chronique] Lambert Mende : faux diamant et vraie polémique

Par

Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

Glez

© Glez

Un diamant illicite aurait été découvert chez Lambert Mende, le député congolais et chantre de l’ancien gouvernement. Une courte arrestation et une rapide expertise plus tard, la polémique enfle…

0,2 carat : c’est ce qui sépare un présumé diamant découvert chez le député congolais Lambert Mende – annoncé d’une valeur de 87,40 carats – et la pierre effectivement évaluée à 87,20 carats par le Centre d’expertise, d’évaluation et de certification (CEEC) des substances minières précieuses et semi-précieuses. Rendue publique le 22 mai, l’expertise permettrait d’affirmer que le « caillou » de la discorde ne peut être qualifié de diamant, mettant l’ancien porte-parole du régime congolais à l’abri d’une accusation de détention, transport et vente illégale de pierres précieuses en l’absence de carte d’exploitant artisanal.

C’est le dimanche 19 mai que Lambert Mende était brièvement interpellé. Vidéo à l’appui, ses partisans dénonceront des procédures policières « brutales » et un « mépris de l’immunité parlementaire », avant de porter plainte. Le directeur des Renseignements généraux de la Police nationale congolaise (PNC) qui avait dirigé l’interpellation sera suspendu de ses fonctions. Le vice-Premier ministre intérimaire en charge de l’Intérieur et de la sécurité, Basile Olongo, affirmera, lui, que le député encourait une peine allant de 10 à 20 ans de prison avec une amende allant de 250 000 à 500 000 dollars.

Province litigieuse

La mouvance « kabiliste » ayant conservé la majorité législative aux dernières élections, en dépit de l’accession de Félix Tshisekedi à la présidence, il est difficile de présenter les soucis de Mende comme le signe d’une chasse aux sorcières. Pour autant, peut-être la politique politicienne – locale cette fois – n’est-elle pas étrangère à cette opération des forces de l’ordre. Le vrai-faux diamant proviendrait de la province du Sankuru où s’affrontent Lambert Mende et Basile Olongo. Reportée plusieurs fois, l’élection du gouverneur de cette zone est devenue un embrouillamini politico-judiciaire, lorsque le frais émoulu président congolais s’en est mêlé.

Si les diamants sont éternels, certaines crises sont interminables…

Ce dernier a demandé à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) un nouveau report de ce scrutin qui s’organise autour d’un candidat unique, Lambert Mende, après la disqualification de son adversaire, Stéphane Mukumadi, pour détention présumée d’une nationalité étrangère.

Pour l’heure, au niveau national, le procès-verbal du CEEC ne convainc pas une frange suspicieuse de la société civile congolaise. Réputé bonimenteur capable de prestidigitation verbale, Lambert Mende n’inspire pas confiance à l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ). Le président de cette organisation de la société civile, Me Georges Kapiamba, réclame une enquête du parquet pour vérifier qu’un faux diamant n’a pas été substitué au vrai, au moment de l’expertise.

Si les diamants sont éternels, certaines crises sont interminables…

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte