Energies renouvelables

Sénégal : le plus grand parc éolien d’Afrique de l’Ouest prend forme à Taiba Ndiaye

L’État tunisien s’est enfin résolu à exploiter l’immense potentiel éolien et solaire du pays.

L’État tunisien s’est enfin résolu à exploiter l’immense potentiel éolien et solaire du pays. © Tétard Olivier/Flickr Creative commons

Le plus grand champ éolien en construction dans la région ouest-africaine livrera une première tranche de ses mégawatts d’énergie issue de la force du vent en décembre prochain. Les premières pièces composant ses turbines ont été réceptionnées le 23 mai à Dakar.

Le futur parc éolien de Taiba Ndiaye, à 90 km au nord de Dakar, prend forme lentement mais sûrement. Environ 380 personnes s’y activent. Après les premiers coups de pioche donnés en septembre 2018, l’infrastructure devra recevoir les premiers éléments de ses turbines officiellement réceptionnées, le 23 mai, au môle 4 du port de Dakar.

Le chantier est caractérisé par son gigantisme. Dotée à terme d’une capacité installée de 158,7 MW et hérissée de 46 éoliennes parmi les plus grandes au monde – elles culmineront à environ 180 m -, selon ses constructeurs, la centrale pourrait représenter, à terme, une augmentation de 15 % la capacité installée du pays en termes de production électrique. Et Taiba Ndiaye, à lui seul, représentera plus de la moitié de l’énergie renouvelable au Sénégal. Sur le plan environnemental, il permettra d’éviter le rejet de 300 000 tonnes de CO2 par an.

Au total, l’investissement aura coûté environ 332 millions d’euros. L’Opic, institution du gouvernement américain spécialisée dans le financement du développement, apportera 250 millions de dollars (215 millions d’euros), et l’agence danoise de crédit à l’exportation EKF, venue prêter main-forte à son compatriote Vestas, chargé de la construction, 117 millions d’euros.

Mise en service en trois temps

Sa mise en service se fera en trois étapes : 50 MW seront livrés à la Senelec en décembre, avant une deuxième tranche de même importance en avril 2020 et une dernière tranche de 58,7 MW entrera en service en juillet de la même année. Une décomposition que Massaer Cissé, directeur général de Lekela Sénégal, commente ainsi : « Injecter 150 MW d’énergie renouvelable dans le réseau est techniquement très difficile. Il faut que l’on s’assure que la Senelec puisse absorber une telle production. Pour cela, il faut que ses installations soient remises à neuf, ce qui ne pourra se faire que de manière progressive. »

L’énergéticien public est signataire depuis fin 2013 avec Parc éolien de Taiba Ndiaye (PETN), la société de gestion du projet, d’un contrat d’achat d’énergie, d’une durée d’au moins vingt-deux ans. Les deux parties assurent que les tarifs du kilowattheure (kWh) seront compétitifs et pas moins de deux millions d’utilisateurs bénéficieront de l’électricité générée par la force du vent.

« Un parc éolien c’est du “smart grid’’. Toutes les machines sont connectées à l’Internet, analysant les données en temps réel », précise Massaer Cissé.

Lekela Power – coentreprise créée par le fonds britannique Actis (60 % du capital) et l’opérateur irlandais Mainstream Renewable Power –, signataire en 2016 d’un partenariat avec Sarreole, développeur initial du projet, a pris le contrôle, en juillet 2018, de la société de projet (91,75 %) à la faveur d’une augmentation de capital. Lekela Power injectera 70 millions d’euros par tranches au fur et à mesure de l’avancée du chantier.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte