Politique

Zimbabwe : le parti de l’opposant Nelson Chamisa en congrès pour élire son chef

L'opposant Nelson Chamisa lors d'une conférence de presse, le 3 août 2018. © Jerome Delay/AP/SIPA

Le principal parti d'opposition du Zimbabwe, le Mouvement pour un changement démocratique (MDC), doit reconduire dimanche à sa tête l'avocat Nelson Chamisa, à l'occasion de son premier congrès depuis la mort de son fondateur Morgan Tsvangirai.

Candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2018, Nelson Chamisa, un avocat ambitieux de 41 ans, dirigeait de fait le parti depuis la mort de Morgan Tsvangirai il y a un an mais n’avait pas été formellement élu par ses membres.

« Sa popularité ne peut pas être mise en doute »

Seul candidat annoncé, il devrait l’être sans encombre par les quelque 10 000 délégués du MDC réunis depuis vendredi dans la ville de Gweru, dans le centre du Zimbabwe.

« Nous aurons un nouveau chef, Nelson Chamisa », a indiqué le porte-parole du parti, Jacob Mafume.

« Je pense que Nelson Chamisa va être confirmé par un vote à la présidence du MDC », a abondé, sûr de son fait, l’analyste Gideon Chitanga, du centre de réflexion Political Economy Southern Africa basé à Johannesburg.

« Sa popularité ne peut pas être mise en doute, il est très apprécié dans les rangs du MDC », a ajouté, Gideon Chitanga.

Controverse juridique

Ce scrutin doit aussi purger la controverse juridique née de l’annulation au début du mois par un tribunal, pour des raisons de forme, de la procédure de nomination de Nelson Chamisa.

Candidat du MDC à la présidentielle de juillet 2018, il a été devancé par le président sortant et candidat du parti au pouvoir Emmerson Mnangagwa. Arguant de fraudes massives, Nelson Chamisa refuse depuis de reconnaître sa victoire.

Créé en 1999, le MDC est le plus important parti opposé à la Zanu-PF, au pouvoir depuis l’indépendance en 1980.

En 2008, son chef Morgan Tsvangirai avait devancé le maître absolu du pays Robert Mugabe au premier tour de la présidentielle, avant de renoncer à disputer le second après une vague de violences meurtrières contre ses partisans.

Morgan Tsvangirai est mort l’an dernier d’un cancer.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte