Politique

Bénin – Komi Koutché : « Il faut que Patrice Talon sache qu’il n’est pas invincible »

Komi Kouché, ancien ministre de l'Économie de Boni Yayi. © DR

Actuellement en exil, l’ancien ministre des Finances de Thomas Boni Yayi, poursuivi dans son pays pour « enrichissement illicite », a suivi les développements de la crise politique à distance. Il n’en revendique pas moins vouloir participer à la « résistance » face à une Assemblée monocolore qu’il qualifie de « conseil d’administration de la société Bénin Talon S.A. ». Entretien.

L’exil, les déboires judiciaires, et, désormais, l’absence totale de représentants de l’opposition sur les bancs de l’Assemblée nationale béninoise, n’y font rien. Komi Koutché, ancien ministre des Finances de Thomas Boni Yayi, toujours poursuivi par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme pour sa gestion lorsqu’il était patron du Fonds national de micro-crédit, se dit « déterminé » et entend bien continuer de peser dans le débat politique de son pays.

Interpellé le 14 décembre en Espagne, sur la base d’un mandat d’arrêt émis par le Bénin, il a été remis en liberté un mois plus tard. Il a cependant dû attendre le 23 avril pour retrouver une relative liberté de mouvement, le juge espagnol ayant décidé de rejeter la demande d’extradition formulée par les autorités béninoises.

Résidant actuellement avec sa famille dans « un pays membre de la Cedeao » – il refuse de se faire plus précis, disant « craindre pour sa sécurité » – Komi Koutché a beau avoir vécu à distance la crise pré- et post-électorale qui a secoué le Bénin ces dernières semaines, il reste, à 43 ans, l’une des figures de proue des Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE, opposition). Refusant l’appel au dialogue de Patrice Talon, sa formation a lancé un appel à la communauté internationale, mercredi, interpellant l’Union européenne, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) ou encore l’Union africaine (UA), pour leur demander d’intervenir auprès du président béninois pour le pousser à trouver une issue à la crise politique.


>>> À LIRE – Crise politique au Bénin : où va Patrice Talon ?


Dans l’interview exclusive qu’il a accordée à Jeune Afrique, s’il refuse de trop en dire sur sa propre situation judiciaire, il se montre en revanche prolixe sur les sujets politiques. Des élections législatives qui se sont tenues sans l’opposition aux violences qui ont éclaté dans le pays les 1er et 2 mai, en passant par l’installation d’une nouvelle Assemblée – qu’il qualifie de « conseil d’administration de la société Bénin Talon S.A. » – et sa réaction à la proposition du président Patrice Talon d’ouvrir un dialogue « franc » avec l’opposition pour apaiser le climat politique, l’opposant livre son analyse.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte