Vie des partis

Algérie : des députés FLN empêchent Mouad Bouchareb de présider une réunion à l’Assemblée

L'ancien président de l'Assemblée populaire nationale, Mouad Bouchareb.

L'ancien président de l'Assemblée populaire nationale, Mouad Bouchareb. © DR

Des députés du parti du Front de libération nationale (FLN), dont le groupe parlementaire avait décidé la veille de geler leurs activités, ont empêché mercredi Mouad Bouchareb, le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), de diriger une réunion du bureau de la première chambre.

La confusion était à son comble devant le bureau du président de l’Assemblée populaire nationale (APN), mercredi, lorsque plusieurs députés ont également tenté d’envahir le bureau de Mouad Bouchareb pour lui demander de se retirer de la présidence de l’APN, rapporte l’agence de presse officielle algérienne APS.

Lors d’un point de presse tenu juste après cet incident, le président du groupe parlementaire Khaled Bouriah a expliqué que « le FLN avait présenté la candidature de Bouchareb à la présidence de l’Assemblée », mais « les données ont changé aujourd’hui à la suite des manifestations populaires qui revendiquent le changement ». Pourtant, « Bouchareb s’est obstiné à ne pas partir ». « Nous n’avons fait que reproduire l’appel des manifestants et du hirak », a ajouté le chef de file des députés.


>>> À LIRE – Algérie : le FLN lutte pour sa survie à l’ombre de la contestation populaire


Ce dernier a ensuite exhorté à « placer l’intérêt général au-dessus des intérêts personnels », en précisant « qu’en raison de la situation actuelle [la suspension des activités du groupe parlementaire FLN], les activités de l’APN demeurent gelées ».

« Respecter la revendication populaire »

Mardi, le groupe parlementaire du parti avait lancé un appel à Mouad Bouchareb pour qu’il se retire « de son plein gré » de la présidence de l’Assemblée, « en réponse à la revendication populaire et en application des orientations de la direction politique du parti », rappelle l’APS. Le groupe parlementaire de la formation s’était réuni pour « examiner la revendication du hirak, relative au retrait de M. Bouchareb », demandant à ce dernier de « répondre immédiatement à cet appel ».

Une réunion des vice-présidents de l’APN et des présidents des commissions permanentes avec l’occupant du perchoir avait eu lieu mercredi 8 mai dernier. Une semaine après, le groupe parlementaire du FLN s’est réuni sous la présidence de son secrétaire général Mohamed Djemai, qui avait déjà invité Mouad Bouchareb à quitter son poste.

Mohamed Djemai a demandé de mettre en œuvre les revendications du peuple, qui demande le changement du président de l’APN et du reste des symboles du régime

Mohamed Djemai avait adressé un « appel amical et fraternel » à l’actuel président de la chambre basse du Parlement, lui demandant de « faire prévaloir l’intérêt suprême du pays et de l’État sur tout autre intérêt personnel, et de s’engager avec courage à mettre en œuvre les revendications du peuple algérien, qui demande le changement du président de l’APN et du reste des symboles du régime ».

C’est depuis l’élection de Mohamed Djemai à la tête du parti que les relations entre le FLN et la présidence de l’Assemblée se sont détériorées. C’est pourquoi le groupe parlementaire avait boycotté la séance du 8 mai à l’Assemblée. Après avoir occupé plusieurs postes clés au sein du comité central de l’ancien parti unique, élu député en 2012, Mouad Bouchareb préside l’APN depuis octobre 2018.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte