Politique

Gabon : Guy-Bertrand Mapangou et Pierre Claver Maganga Moussavou limogés

Guy Bertrand Mapangou, ministre gabonais de la Communication et porte-parole du gouvernement. © DR

Le vice-président gabonais, Pierre Claver Maganga Moussavou, et le ministre des Eaux, des Forêts et de l'Environnement, Guy-Bertrand Mapangou, ont été limogés mardi 21 mai.

L’affaire du kevazingo n’aura pas tardé à faire sa première victime au gouvernement : mardi 21 mai, dans la soirée, Guy-Bertrand Mapangou a été limogé du ministère des Forêts et de l’Environnement, selon un décret du chef de l’État lu par le secrétaire général de la présidence, Jean-Yves Teale.

L’ancien ministre de la Communication, mis en cause à mots couverts ces derniers jours par le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale dans une affaire de trafic de bois précieux présumé – dans lequel il nie être impliqué -, n’est pas remplacé à son poste. Le portefeuille des Forêts et de l’Environnement est désormais rattaché directement à la primature.


>>> A LIRE – Gabon : l’enquête sur le trafic de kezavingo se poursuit après la suspension de hauts cadres de l’administration


Plus de vice-président

Depuis plusieurs semaines, Guy-Bertrand Mapangou, un proche de Marie-Madeleine Mborantsuo et – surtout – du président Ali Bongo Ondimba, se savait sur la sellette. Certains proches du gouvernement le disaient en délicatesse avec le directeur de cabinet du président de la République, Brice Laccruche Alihanga, ce que le palais du bord de mer dément.

« C’est une décision du président de la République, qui illustre son retour aux affaires, y compris les plus sensibles », confie une source proche de la présidence. Le chef de l’État s’était engagé il y a une semaine, dans un communiqué, à prendre des sanctions contre les officiels impliqués dans l’affaire du kevazingo.

Autre grand changement annoncé ce 21 mai : Ali Bongo Ondimba a décidé de mettre fin aux fonctions du vice-président, Pierre Claver Maganga Moussavou. Ce dernier avait fait savoir, durant la convalescence du président, qu’il était disponible pour effectuer davantage de missions officielles. L’appel du pied n’a visiblement pas plu.

Le fils du désormais ex-vice-président reste quant à lui au gouvernement. Biendi Maganga Moussavou conserve en effet son poste de ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de l’Alimentation.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte