Politique

Algérie : accusée de complot, Louisa Hanoune reste en détention

Meeting de Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des Travailleurs, en campagne pour pour les élections législatives, à Alger (Algérie) le 29 avril 2017 © Bensalem/APP/Andia.fr

La justice militaire algérienne a refusé lundi de remettre en liberté de la cheffe du Parti des travailleurs (PT, trotskiste), Louisa Hanoune, inculpée pour « complots » contre l'État et l'armée, a annoncé un de ses avocats.

« La chambre d’accusation a confirmé le mandat de dépôt » délivré le 9 mai par le juge d’instruction du tribunal militaire de Blida, à une quarantaine de km au sud d’Alger, contre Louisa Hanoune, a déclaré Me Mokrane Ait-Larbi, un des avocats de la patronne du PT.

Les motivations de la décision n’ont pas été communiquées dans l’immédiat à la défense, a précisé Me Ait-Larbi, qui a annoncé qu’une demande de remise en liberté de Louisa Hanoune serait déposée dans un mois. Le tribunal militaire n’a pas communiqué.


>>> À LIRE – Algérie : dix choses à savoir sur Louisa Hanoune, trotskiste et proche de la famille Bouteflika


Députée depuis 1997 et candidate aux trois dernières élections présidentielles en Algérie, Louisa Hanoune est inculpée de complots contre l’armée et l’État dans un dossier visant Saïd Bouteflika, ainsi que les ex-patrons des services secrets, les généraux Mohamed « Toufik » Mediene et Athmane « Bachir » Tartag, inculpés des mêmes chefs.

Frère cadet du président Abdelaziz Bouteflika, contraint le 2 avril à la démission face à un mouvement de contestation inédit, Saïd Bouteflika est accusé depuis plusieurs années d’avoir renforcé ses pouvoirs, au point d’apparaître comme un « président bis », à mesure de la dégradation de l’état de santé de son frère dont il était le « conseiller spécial ».

Un appel pour réclamer sa « libération immédiate »

La défense de Mme Hanoune a admis qu’elle avait participé à une réunion avec Saïd Bouteflika et « Toufik » le 27 mars, au lendemain d’une déclaration du chef d’état-major de l’armée, le général Ahmed Gaïd Salah, demandant publiquement le départ du pouvoir d’Abdelaziz Bouteflika.

Quelques jours plus tard, le général Gaïd Salah avait accusé, sans les nommer, Saïd Bouteflika et les généraux Mediene et Tartag de se réunir pour comploter contre l’armée.

Le général Khaled Nezzar, ancien homme fort de l’Algérie dans les années 1990, a affirmé que Saïd Bouteflika, qui ne disposait d’aucun pouvoir constitutionnel, lui avait dit envisager d’instaurer l’état de siège et de démettre le général Gaïd Salah, afin de mettre fin à la contestation contre son frère.

Un millier de personnalités françaises ont signé vendredi un appel réclamant la « libération immédiate » de Louisa Hanoune, souvent décrite comme une pasionaria trotskiste mais également accusée par ses détracteurs d’avoir longtemps fait le jeu du « système » au pouvoir, en participant aux élections et en ménageant ses critiques contre Abdelaziz Bouteflika.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte