Racisme

Malte : deux militaires arrêtés après le meurtre « de sang froid » d’un migrant ivoirien

Le Premier ministre maltais, Joseph Muscat. © APTV/AP/SIPA

Un migrant ivoirien a été "tué de sang froid" par deux soldats maltais, a affirmé le Premier ministre maltais Joseph Muscat, annonçant l'arrestation de ces deux suspects.

« J’aimerais remercier la police de Malte d’avoir résolu cet important cas du meurtre de sang froid d’un migrant ivoirien », a écrit Joseph Muscat samedi 18 mai sur son compte Twitter, tout en postant des photographies du jeune homme, et de la partie ensanglantée de la route où il a été assassiné début avril.

« Les mots de haine et de division n’ont pas de place dans notre société », a-t-il insisté, en dénonçant tous ceux qui « répandent un message de haine ». Selon le journal Times of Malta, les responsables présumés du meurtre, perpétré le 6 avril, ont été arrêtés vendredi et samedi.

Le chef du gouvernement maltais a précisé qu’une enquête interne est en cours pour déterminer s’il s’agit « d’individus voyous isolés ou s’ils font partie de quelque chose de plus large ».

Les migrants ciblés ?

Des sources proches de l’enquête, citées par le quotidien, affirment que l’un des présumés meurtriers a admis cibler des migrants « parce qu’ils sont noirs ».

Lassana Cissé, qui travaillait dans une usine, a été tué sur une route par des tireurs passant en voiture. Deux autres migrants, un Guinéen de 27 ans et un Gambien de 28 ans, ont été blessés dans cette attaque, selon le journal.

Des sources estiment que les deux militaires arrêtés pourraient avoir été impliqués dans une autre attaque sur une route visant aussi des migrants, au cours de laquelle un adolescent avait été blessé.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte