Politique

Gabon : l’enquête sur le trafic de kezavingo se poursuit après la suspension de hauts cadres de l’administration

Exploitation de kevazingo au Gabon. © DR

Une dizaine de hauts cadres de l'administration gabonaise ont été « suspendus de leurs fonctions et responsabilités à titre conservatoire », dans le cadre d'une enquête en cours après la saisie et la disparition de plusieurs cargaisons de kezavingo, un bois précieux notamment prisé en Asie.

Jeudi soir, la porte-parole du gouvernement, Nanette Longa-Makinda, annonçait la « suspension de leurs fonctions et responsabilités à titre conservatoire » de plus d’une dizaine de cadres, au vu de leurs « complicités actives et passives intolérables » dans le cadre d’une vaste enquête sur un trafic de kevazingo, un bois précieux semblable au bois de rose. Récemment, 353 containers « placés sous mains de justice » depuis fin février-début mars ont disparu de leur site d’entreposage.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte