Dossier

Cet article est issu du dossier «Golfe : demain, la guerre ?»

Voir tout le sommaire
Diplomatie

Attaques dans le Golfe : l’Arabie saoudite réplique, les Émirats « très prudents »

Le roi Salman d'Arabie saoudite (2e d.), tenant la main de l'émir du Koweït, en marge du sommet du Conseil de coopération du Golfe, dimanche 9 décembre 2018 à Riyad (image d'illustration). © AP/SIPA

Avec le sabotage de quatre pétroliers au large des côtes émiraties, puis l’attaque de drones, revendiquée par les Houtis, contre deux pipelines saoudiens, le Golfe a connu une semaine sous haute tension. Les Émirats jouent l’apaisement, tandis que l’Arabie saoudite hausse le ton.

Des drones ont attaqué, mardi dernier, deux pipelines appartenant à la compagnie Aramco. L’opération a été revendiquée par les Houtis, l’organisation armée chiite contre laquelle la coalition menée par l’Arabie saoudite se bat depuis 2015 au Yémen. Jeudi, les autorités saoudiennes ont publiquement accusé l’Iran d’être à l’origine de l’incident.


>>> À LIRE – Le Golfe sur le qui-vive après de mystérieuses attaques de drones en Arabie saoudite


« Ces attaques terroristes, ordonnées par le régime de Téhéran et exécutées par les Houtis, rendent difficiles les efforts politiques en cours », a affirmé le prince Khalid Ben Salman, vice-ministre de la Défense. Des attaques aériennes visant des cibles militaires « loyales aux Houtis » ont été menées jeudi matin dans un quartier peuplé de Sanaa, la capitale du Yémen, entraînant la mort de plusieurs civils. De son côté, le quotidien Arab News, proche du pouvoir, a appelé dans son édito du jour à des frappes chirurgicales contre l’Iran.

« L’Arabie saoudite accorde une grande importance à la lutte contre l’Iran dans la région et ne se sent probablement pas aussi exposée que les petits pays du Golfe, analyse pour Jeune Afrique Elizabeth Dickinson, spécialiste de la péninsule arabique à l’International Crisis Group. Mais au bout du compte, une escalade du conflit ne servira les intérêts de personne et pourrait créer de nouvelles fractures dangereuses dans une région fragile.”

Abou Dhabi plus “mesuré”

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte