Agroalimentaire

Cameroun : la production cotonnière atteint 310 000 tonnes en 2018-2019

Le Cameroun a produit 310 000 tonnes de cotons-graines durant la campagne 2018-2019.

Le Cameroun a produit 310 000 tonnes de cotons-graines durant la campagne 2018-2019. © Wikimedia Commons

Le production cotonnière du Cameroun est en hausse de 156 000 tonnes (+22%) au terme de la campagne actuelle, qui expire le 22 mai prochain. Une performance due à l’augmentation du rendement.

Le Cameroun a produit 310 000 tonnes de cotons-graines au terme de la campagne 2018-2019 qui s’achève le 22 mai prochain. Le pays enregistre une progression de 156 019 tonnes (+22%) par rapport à la précédente saison, a annoncé la Société de développement du coton (Sodecoton). Ce chiffre se situe au-delà de la prévision de 280 000 tonnes du plan de redressement (PDR) de l’entreprise.

Une performance attribuable à l’augmentation du rendement situant à 1 520 kg/ha, alors que la Sodecoton tablait initialement sur 1 220 kg/ha. Ainsi, 46,4 milliards de revenus bruts ont été distribués aux producteurs, en raison de 293 100 francs CFA (environ 447 euros) en moyenne pour chacun.

Disposant de neuf usines d’égrenage d’une capacité annuelle de 140 000 tonnes, l’entreprise publique a pu traiter 256 057 tonnes (+11,8%) durant la campagne cotonnière. Par contre, ses deux huileries, capables de triturer 120 000 tonnes de graines par an, ont enregistré une contre-performance en ne traitant que 39 651 tonnes, contre 110 138 tonnes au cours de la saison précédente.

400 000 tonnes en 2022

Le Cameroun ambitionne de produire 400 000 tonnes de cotons-graines à l’horizon 2022 et 600 000 tonnes quatre ans plus tard. « Le premier objectif est réalisable si les investissements nécessaires pour la mise à niveau sont effectués et les producteurs sont enthousiastes », expliquait Mohamadou Bayero Bounou, directeur général de la Sodecoton, le 8 mai dernier, lors du troisième forum d’experts sur la filière organisé par la Banque européenne d’investissement (BEI). Il ajoutait néanmoins que « le second est difficile, car il suppose un compromis sur les ressources, notamment l’espace. Il faudrait pour cela emmener les éleveurs à changer de mentalité pour qu’il y ait une augmentation des surfaces cultivées », précisait-il.


>>> À LIRE – Agro-industrie : le coton, une industrie à l’état brut


Cultivé dans les régions septentrionales de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême-Nord, l’or blanc mobilise plus de 200 000 producteurs et fait vivre plus de 2 millions de Camerounais.

Propriété de l’État camerounais (59%), de Geocoton (30%) et de la Société mobilière d’investissement du Cameroun (Smic, 11%) de l’homme d’affaires Baba Ahmadou Danpullo, la Sodecoton emploie 1  900 personnes et 3 000 saisonniers. Elle a réalisé un chiffre d’affaires de 131 milliards de F CFA en 2018, en hausse de 12 milliards de F CFA (+10%) par rapport à 2017. Elle a également enregistré un bénéfice de 5,1 milliards de F CFA l’année écoulée.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte