Hôtellerie

[Infographies] Égypte, Nigeria et Maroc en tête du développement hôtelier sur le continent

Hotel Marriott - Kigali © Vincent Fournier/JA

Plus de 75 000 chambres, soit plus 400 hôtels, sont actuellement en cours de développement sur le continent, selon l’étude annuelle du cabinet nigérian W Hospitality Group. Tour d'horizon des pays et des villes les plus attractifs.

L’Égypte, le Nigeria, le Maroc et l’Éthiopie figurent en tête des pays africains les plus attractifs en termes de développement hôtelier en 2019, selon l’étude annuelle du cabinet nigérian W Hospitality Group, dont les résultats seront révélés dans le détail lors de la prochaine édition du Forum de l’investissement hôtelier africain à Addis Abeba, du 23 au 25 septembre.

Ces deux dernières années, plus d’une centaine d’hôtels de chaînes internationales ou régionales ont ouvert leurs portes sur le continent, et plus de 75 000 chambres, soit au moins 400 hôtels, sont en cours de développement. Ces chiffres sont en légère baisse de 1,5 % par rapport à 2018 après que les grandes chaînes hôtelières ont retiré 74 projets de leur pipeline africain. « Elles ont considéré que les deals qui les sous-tendaient, bien que signés, n’aboutiraient pas », explique Trevor Ward, directeur général de W Hospitality Report.

« Les chaînes essaient d’accélérer leur développement en Afrique, en augmentant notamment la taille de leurs équipes », ajoute Trévor Ward, insistant sur « l’énorme activité » des quatre chaînes hôtelières les plus dynamiques en termes de croissance. Parmi elles, Marriott, le numéro 1 mondial, et Accor, le numéro 1 sur le continent, sont en pôle position avec respectivement 16 900 et 13 500 chambres dans leur portefeuille, suivies par Hilton et Radisson.

Pour la deuxième année consécutive, l’Égypte concentre le plus de projets hôteliers, avec 15 000 chambres, soit plus de 50 hôtels en développement, deux fois plus qu’au Nigeria, second du top 10 des pays les plus attractifs. Accor a signé seize projets dans le pays, représentant plus de 6 300 chambres en développement, Radisson, son principal concurrent en Afrique francophone, compte lui 1 850 chambres dans son portefeuille égyptien.

En Éthiopie, une trentaine de projets signés en 2018

Au Maroc, qui cette année passe devant l’Éthiopie, le nombre de chambres en développement a augmenté de 17 % par rapport à 2018, avec une quinzaine de projets (plus de 2 400 chambres) signés l’année dernière, parmi lesquels ceux conclus par l’acteur régional Onomo, devenu entretemps actionnaire majoritaire du marocain Cantor Hotels, positionné sur l’hôtellerie d’affaires milieu de gamme.

En Éthiopie, la trentaine de projets hôteliers signés en 2018, sont développés notamment par des chaînes internationales telles qu’Accor et Hilton. Près de 85 % des chambres en développement se concentrent dans la capitale, Addis Abeba, mais selon le directeur général de W Hospitality Group, « le risque d’excédent de l’offre est faible car il est peu probable que tous ces deals aboutissent à des ouvertures d’hôtels ».

Si près de 70 % des projets hôteliers se concentrent dans les pays du top 10, des pics d’activité sont à souligner ailleurs. « À Niamey, où il n’y a actuellement pas d’établissements de marque internationale d’ouvert, il n’y a pas moins de cinq hôtels en développement », souligne Trevor Ward, directeur général de W Hospitality Group.

En Afrique de l’Ouest, Dakar et Abidjan se maintiennent dans le top 10 des villes africaines les plus attrayantes pour les promoteurs hôteliers, avec respectivement 2 200 et 1 870 chambres en développement.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte