Conso & Distribution

Steinhoff affiche un déficit d’exploitation de 4,14 milliards de dollars pour 2017

Un magasin de la chaîne de vêtements Pepco, une des enseignes de Steinhoff. © Steinhoff

Avec près d'un an et demi de retard, le groupe sud-africain Steinhoff, englué dans un scandale d'irrégularités comptables, vient de publier ses résultats financiers pour l'année 2017. Au compteur : 4,14 milliards de dollars de pertes.

Après de nombreux reports, les résultats pour l’année 2017 du géant sud-africain de la distribution ont été publié le 8 mai. Sur la période allant du 1er octobre 2016 au 30 septembre 2017, Steinhoff Holding International fait état d’un déficit d’exploitation de 4,14 milliards de dollars (3,7 milliards d’euros).

Si la publication des résultats a pris du retard, c’est en raison de la complexité de la tâche confiée au cabinet d’audit Deloitte, qui avait refusé en décembre 2017 de signer ces résultats. Un refus qui a fait éclater le scandale des irrégularités comptables et plongé le groupe dans la tourmente, faisant chuter ses revenus et entraînant la démission du directeur général du groupe, Markus Jooste, et de son président, Christo Weise.

Perspectives incertaines au-delà de douze mois

Dans ce rapport d’activité, le groupe s’est déclaré capable de continuer son activité au moins pour les douze prochains mois, mais qu’au-delà de cette échéance demeure « un doute significatif sur la capacité de la société et du groupe à poursuivre ses activités ». Notamment parce que les anciens investisseurs n’ont pas réussi à récupérer leurs pertes causées par l’éclatement du scandale.

Ce 10 mai, deux jours après la publication des résultats annuels, le montant des actions du groupe est en baisse de 9 %, et elles ont subi une chute de plus de 90% depuis l’annonce des malversations. En termes de ventes, les recettes ont augmenté passant de 18,1 milliards en 2016 à 18,8 milliards en 2017, stimulées par l’acquisition d’entités aux  États-Unis et au Royaume-Uni. Pour 2018 et 2019, les tendances du marchés s’annoncent plutôt moroses.

 Actifs en vente

Lors de l’éclatement du scandale, en décembre 2017, le cabinet d’audit PwC avait été mandaté pour enquêter sur cette affaire. Quatorze mois plus tard, le 15 mars, il présentait à l’entreprise un rapport de 3 000 pages d’enquête, auquel sont annexés quelque 4 000 documents, concluant qu’ »un petit groupe d’anciens dirigeants de Steinhoff et de tiers, dirigé par un cadre supérieur, a structuré et mis en œuvre diverses transactions sur un certain nombre d’années, qui ont eu pour effet de gonfler considérablement les valeurs des bénéfices et des actifs de groupe Steinhoff sur une longue période ».


>>> À LIRE. Affaire Steinhoff : la fraude porterait sur 6,5 milliards d’euros


Les fraudeurs auraient ainsi « créé pour plus de 6 milliards d’euros de bénéfices et d’actifs à partir de transactions fictives et/ou irrégulières ; éliminé des créances de documents comptables, augmenté des loyers et des redevances internes pour justifier l’évaluation des actifs et réaffecté en conséquence les bénéfices au sein du groupe ».

Plusieurs enquêtes ont été ouvertes dans le monde, et le groupe Steinhoff, propriétaire de plus de 40 enseignes, doit désormais vendre certains des ses actifs –à l’image de sa filiale automobile Unitrans– pour tenter de rétablir ses finances.

Les résultats financiers de l’exercice 2018 sont attendus pour le 8 juin.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte