Start-up

Start-up : Glovo accélère sur le continent

Un coursier Glovo à Abidjan © Glovo

Après des lancements réussis au Maroc, au Kenya et en Côte d’Ivoire, la start-up espagnole spécialisée dans la livraison, créée en 2015, veut s'ouvrir au Ghana et au Nigeria d’ici la fin de l’année.

L’application de livraison a annoncé le 6 mai une nouvelle levée de fonds de 150 millions d’euros auprès des fonds d’investissement Lakestar et Drake, Idinvest Partners et Korelya Capital. Soit la plus importante jamais réalisée par l’entreprise depuis sa création en 2015. « Avec cette opération, l’idée c’est d’investir dans l’expansion de Glovo en Afrique », souligne Tania Quintero, directrice générale de Glovo en Côte d’Ivoire, où la start-up espagnole a lancé ses activités le mois dernier.

Glovo s’est attaqué au marché africain fin 2018 avec le Maroc, où l’application est accessible à Casablanca, Rabat et Marrakech. Depuis janvier 2019, celle-ci est également disponible à Nairobi. Sur le continent, comme ailleurs dans le monde, Glovo suit une stratégie agressive de développement. En 2018, l’entreprise avait lancé une nouvelle ville tous les quatre jours en moyenne.

La livraison des courses de supermarché plébiscitée à Abidjan

« Nous nous intéressons aussi bien à l’Afrique de l’Ouest qu’à l’Afrique de l’Est, beaucoup de pays sont dans le pipeline », précise Tania Quintero, à la recherche d’un responsable pays local en Côte d’Ivoire. Son objectif est clair : « nous voulons que la ville soit jaune », de la couleur des coursiers à moto de Glovo, ajoute la responsable depuis Abidjan.

L’entreprise a d’ores et déjà annoncé son intention d’ouvrir le Ghana et le Nigeria d’ici la fin de l’année. En l’absence de concurrents directs, elle refuse pour l’heure de divulguer ses chiffres de croissance et son nombre d’utilisateurs sur le continent.

Comme l’Américain Uber, Glovo est une application de mise en relation. Ses utilisateurs peuvent commander, livrer et envoyer n’importe quel produit – des repas, des courses, des bouquets de fleurs, etc. – mais aussi des clés en cas d’oubli ou des documents au bureau, en moins d’une heure. « En Côte d’Ivoire les courses de supermarché rencontrent le plus de succès », souligne Tania Quintero, avec des offres spéciales pour le Ramadan et un coût de livraison de 500 F CFA, sans minimum d’achat.

Partenaire de Burger King et de Tacos de Lyon au Maroc

L’application compte plus d’une centaine de salariés en Afrique, sur plus d’un millier dans le monde, et 5 000 coursiers. Pour étendre ses parts de marché, la start-up espagnole multiplie les partenariats avec des fournisseurs locaux et des enseignes de la grande distribution et des chaînes de restauration rapide. Au Maroc, Glovo est partenaire de Burger King et de Tacos de Lyon. Au Kenya, de Simbisa qui regroupe plusieurs enseignes (Pizza Inn, Chicken Inn, Galito’s, Creamy Inn et Stop & Shop & Bakers Inn).

« En Afrique, les principaux défis que nous devons relever sont liés à la connexion internet, obligeant parfois la relance du service, et à l’adressage », poursuit Tania Quintero. L’adresse de livraison ne figure en effet pas toujours sur Google Map. Les utilisateurs peuvent donc se localiser eux-mêmes sur la carte de l’application ou recourir au service client pour le faire, si nécessaire. Afin de renforcer sa technologie et de l’adapter à ces nouveaux marchés, l’entreprise, dont le tech hub est basé à Barcelone, prévoit par ailleurs d’embaucher 300 nouveaux développeurs.

L’application de livraison est disponible dans plus d’une centaine de villes et plus d’une vingtaine de pays dans le monde. Elle compte plus d’un million d’utilisateurs et 5 600 partenaires.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte