Politique

Soudan : les militaires accusés de retarder le transfert du pouvoir

Des manifestants dans la capitale soudanaise Khartoum, vendredi 12 avril 2019. © Anonymous/AP/SIPA

Les leaders de la contestation au Soudan ont accusé les généraux de chercher à retarder la transition du pouvoir vers le civil, et menacé de lancer un mouvement national de "désobéissance".

« Les formes de l’escalade sont (déjà) définies : poursuivre les sit-in et préparer un mouvement de désobéissance civile », a déclaré à la presse mercredi 8 mai l’un de ces leaders, Khaled Omar Youssef.

Il a jugé « décevantes » les réponses des généraux aux propositions de son groupe et estimé qu’elles risquaient de plonger le pays dans une « situation dangereuse ».

Le Conseil militaire de transition a pris le pouvoir après la destitution et l’arrestation, le 11 avril par l’armée, du président Omar el-Béchir sous la pression de la rue.

Les chefs de la contestation tirent eux leurs forces des milliers de manifestants qui campent depuis le 6 avril devant le QG de l’armée à Khartoum et réclament désormais un transfert du pouvoir à une autorité civile.

Mercredi, ces leaders, dont des laïcs venant notamment du Parti communiste, ont dans un premier temps publié un communiqué comportant leur réponse aux réserves du Conseil militaire à leur vision de la période de transition.

« La réponse du Conseil militaire va dans le sens d’une prolongation des négociations et non vers une transition » rapide, a souligné l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), qui représente les manifestants.


>>> À LIRE – [Infographie] Soudan : une opposition mobilisée et hétérogène


La veille, les généraux ont déclaré qu’ils étaient d’accord avec la plupart des propositions de l’ALC sur la transition, mais précisé qu’ils avaient « beaucoup de réserves » sur d’autres.

Divergences

Ils ont soulevé notamment la question de la charia (loi islamique), en estimant qu’elle devait rester la source de la législation, et en reprochant à l’ALC de ne pas l’avoir mentionnée dans leurs propositions.

Dans sa réaction, l’ALC a estimé que les généraux avaient soulevé « des questions non pertinentes, y compris celles de la langue officielle du pays et des sources de la législation dans une répétition ennuyeuse des surenchères de l’ancien régime ».

Le régime du président déchu appliquait la charia, ce qui avait donné lieu, selon les défenseurs des droits humains, à de violents abus comme la flagellation de femmes pour « comportement indécent ».

« Nous appelons le Conseil militaire à conclure un accord pour transférer le pouvoir aux forces révolutionnaires », ont ajouté les dirigeants de la contestation.

Des responsables anonymes de l’ALC cités par le quotidien Sudan Tribune avaient estimé dans des réactions à chaud à la déclaration des militaires que la nature du régime pendant la période de transition et au-delà ne pouvait être définie dans l’immédiat.


>>> À LIRE – Soudan : un rapport d’étape sera présenté à l’Union africaine dans deux semaines


Des experts estiment eux que la question devrait être soumise à référendum après une réflexion nationale.

Outre la charia, le porte-parole du Conseil militaire, le général Chamseddine Kabbachi, a exprimé d’autres réserves aux propositions de l’ALC.

Selon lui, le Conseil est d’avis que la déclaration de l’état d’urgence devait revenir à un « conseil souverain » et non au gouvernement comme le proposent les leaders des manifestants. La composition d’un « conseil souverain » n’a pas encore fait l’objet de discussions entre les militaires et l’ALC.

Les deux parties divergent sur sa composition. L’ALC exige qu’il soit dominé et dirigé par des civils, et les généraux insistent pour y garder la main haute.

Résidence surveillée

Autre point de désaccord : les civils veulent une période de transition de quatre ans alors que les militaires considèrent qu’elle peut être de deux ans seulement, selon le général Kabbachi.

Mardi, l’un des chefs de l’ALC, Mohamed Naji al-Assam, a réitéré l’opposition de l’alliance à toute participation des figures de l’ancien régime à la période de transition.

« Le succès de la révolution repose sur le transfert du pouvoir à une autorité civile à part entière », a-t-il dit.

L’une des figures de ce régime, l’ancien patron du renseignement, Salah Ghosh, a été placé en résidence surveillée, a indiqué le général Kabbachi pour souligner la volonté du Conseil militaire de rompre avec l’ère Béchir.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte