Politique

RDC : Moïse Katumbi annonce son retour à Lubumbashi le 20 mai

| Par Jeune Afrique
Moïse Katumbi, à Paris en juillet 2016

Moïse Katumbi, à Paris en juillet 2016 © Vincent Fournier/JA

L’opposant congolais, en exil forcé depuis près de trois ans hors de RDC, a annoncé son intention de rentrer dans son pays le 20 mai prochain.

Moïse Katumbi a choisi de faire cette annonce sur les ondes de médias internationaux, dans une interview accordée à RFI et France 24. « J’ai quitté le pays le 20 mai, je vais vous donner la date, je rentre le 20 mai à Lubumbashi. C’est définitif, le 20 mai, je suis à Lubumbashi », a-t-il déclaré.

« Je vais faire le tour du Congo. Je vais faire le safari. Je voudrai aller remercier la population congolaise qui m’a soutenu pendant le malheur provoqué par Monsieur Kabila », a-t-il par ailleurs ajouté, affirmant avoir l’intention de rentrer directement « par avion » – et non par la route via la Zambie, comme il avait tenté de le faire en août dernier.


>>> À LIRE – RDC : quelle stratégie pour Katumbi ?


Dans cet entretien, Moïse Katumbi, qui a soutenu la candidature de Martin Fayulu à la présidentielle – à laquelle il a lui-même été empêché de participer – , a par ailleurs salué le bilan de Félix Tshisekedi, qui célébrait dimanche ses 100 jours à la tête de la RDC.

« Opposant » mais sans revendiquer « la vérité des urnes »

« Il y a des choses positives que Félix Tshisekedi est en train de faire, par exemple la liberté d’expression dans notre pays, la libération des prisonniers politiques », a notamment déclaré l’opposant, avant de saluer la suppression des « cachots aux services de renseignement (…). Il y a des gens qui sont restés dans ces cachots pendant dix ans sans être jugés. Il y a de bonnes choses. »


>>> À LIRE – RDC : Félix Tshisekedi, 100 jours sans faire oublier Joseph Kabila


Désigné « coordonnateur » de la coalition Lamuka pour une période de trois mois, le 27 avril à l’issue d’une rencontre des leaders de l’opposition à Bruxelles, Moïse Katumbi ne revendique pas « la vérité des urnes », comme le fait toujours Martin Fayulu, qui continue de se proclamer président élu.

Il se définit en revanche toujours comme « opposant » à la coalition formée par les forces politiques de Félix Tshisekedi et de Joseph Kabila.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte