Politique

Djibouti : Ismaïl Omar Guelleh procède à un remaniement dans la continuité

| Par
Mis à jour le 06 mai 2019 à 20h34
Ismaïl Omar Guelleh, président de la République de Djibouti, au palais présidentiel lors d'une interview accordée à JA en mars 2017.

Ismaïl Omar Guelleh, président de la République de Djibouti, au palais présidentiel lors d'une interview accordée à JA en mars 2017. © Vincent Fournier/JA

Annoncé depuis plusieurs mois, le remaniement ministériel tant attendu à Djibouti a été dévoilé le 5 mai par la présidence. Loin de certains effets d’annonce qui promettaient d’importants changements, Ismaïl Omar Guelleh s’est contenté de retoucher son équipe gouvernementale, en fonction des priorités qu’il entend donner aux dernières années de son mandat.

C’est un changement dans la continuité pour le chef de l’État djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh, arrivé au milieu de son quinquennat. Le remaniement ministériel annoncé le 5 mai par la présidence comporte ainsi quelques retouches.

Le président djiboutien a notamment gardé à ses côtés Abdoulkader Kamil Mohamed, Premier ministre depuis 2013, ainsi que les principaux poids lourds du gouvernement précédent, Ali Guelleh Aboubaker, ministre chargé des Investissements, en tête. Mahamoud Ali Youssouf et Ilyas Moussa Dawaleh ont conservé leurs maroquins, respectivement aux Affaires étrangères et à l’Économie, pendant qu’Ali Hassan Bahdon, Hassan Omar Mohamed Bourhan et Moumin Ahmed Cheikh ont eu droit à un jeu de chaises musicales entre les ministères de la Défense, de l’Intérieur et de la Justice. Au Budget, Bodeh Ahmed Robleh a par contre dû laisser sa place à Abdoulkarim Aden Cher, qui aura la lourde mission d’améliorer les recettes fiscales de l’État.

De nouveaux ministères et secrétariats d’État

Les changements les plus significatifs sont intervenus avec la création ou la réorganisation de certains ministères et secrétariats d’État, qui correspondent tous aux priorités définis par Ismaïl Omar Guelleh au moment de démarrer son quatrième mandat en 2016. C’est le cas pour le ministère des Affaires sociales et des Solidarités, attribué à Mouna Osman Aden, l’une des trois femmes de ce nouveau gouvernement, ainsi que celui du Logement, confié précédemment à un ministre délégué.

Les dossiers de la Jeunesse et des Sports sont regroupés pour la première fois dans un secrétariat d’État, alors que celui de la Décentralisation est désormais entre les mains d’un secrétaire d’État et non plus d’un ministre délégué à l’Intérieur.

Enfin, la question des femmes continue d’avancer dans la petite République. Moumina Houmed Hassan a conservé son ministère, mais elle est désormais 11ème dans l’ordre protocolaire, contre 17ème auparavant.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte