Justice

Sénégal : le guide religieux Cheikh Béthio Thioune condamné à 10 ans de travaux forcés

Le verdict du procès de Cheikh Béthio Thioune et de ses disciples a été reporté au lundi 6 mai 2019.

Le verdict du procès de Cheikh Béthio Thioune et de ses disciples a été reporté au lundi 6 mai 2019. © Capture écran/YouTube/DMTV la télé thiantacone

Le chef des Thiantacounes, Cheikh Béthio Thioune, a été condamné à 10 ans de travaux forcés pour « complicité de meurtre » et « non dénonciation de meurtre » par la chambre criminelle du tribunal de grande instance de Mbour, dans l'affaire du double meurtre de Médinatoul Salam, en 2012. Soigné en France, le marabout de 80 ans a été jugé par contumace.

Cheikh Béthio Thioune a été reconnu coupable de complicité de meurtre et de non dénonciation de meurtre et condamné à 10 ans de travaux forcés par la chambre criminelle du tribunal de grande instance de Mbour, au terme de plusieurs semaines de procès. Le 29 avril, le procureur de la République, Youssoupha Diallo, avait requis une peine de travaux forcés à perpétuité à l’encontre de cet influent chef mouride.

Soigné en France, le marabout de 80 ans avait été jugé par contumace. Le juge Thierno Niang n’a pas lancé de mandat d’arrêt et décidé de ne pas exercer la contrainte par corps, compte tenu de l’âge de Cheikh Béthio Thioune.

16 « Thiantacounes » condamnés

Sur le banc des accusés, également, 19 de ses disciples, les « Thiantacounes », une branche de la confrérie mouride. 16 d’entre eux ont écopé de peines allant de six mois d’emprisonnement ferme à quinze ans de travaux forcés pour « meurtres avec actes de torture et de barbarie », « association de malfaiteurs » et « inhumation illégale ». Trois autres ont été acquittés.

Le juge Thierno Niang a également condamné Cheikh Béthio Thioune et ses co-prévenus reconnus coupables à verser 100 millions de francs CFA à chacune des familles des victimes. La partie civile en réclamait 3 milliards.


>>> À LIRE – Sénégal : vers la fin du procès de Cheikh Béthio Thioune et de ses disciples pour double meurtre


« La partie civile a obtenu tout ce qu’elle avait demandé : une sanction sévère et une réparation pécuniaire. Voilà sept ans que les familles des victimes souffrent dans la dignité et l’honneur, après que Bara Sow et Ababacar Diagne ont été tués sauvagement », s’est réjoui Me Khassim Touré, représentant les familles des victimes. « Pour la partie civile, l’important était que les prévenus soient sévèrement sanctionnés dans leur liberté et dans leur patrimoine. Nous sommes satisfaits. »

« Je conteste la culpabilité de Cheikh Béthio Thioune dans cette affaire. Il a été acquitté du chef d’association de malfaiteurs mais condamné pour complicité de meurtre. Or la complicité suppose une assistance aux personnes qui ont commis le crime, rien dans le dossier n’atteste que mon client était au courant des faits », a réagit auprès de Jeune Afrique Me Ousmane Sèye, avocat du guide religieux.

Selon ses défenseurs, Cheikh Béthio Thioune devrait faire appel de cette décision, « dès qu’il sera de retour sur le territoire sénégalais».

Le 22 avril 2012, Bara Sow et Ababacar Diagne, avaient été tués lors d’un affrontement avec les coprévenus, à Médinatoul Salam, près de Mbour, au domicile de Cheikh Béthio Thioune. Ils avaient ensuite été enterrés à 800 mètres de là.

La thèse de la « provocation » des victimes

« Bara Sow avait décidé d’aller remercier son marabout alors qu’il avait l’interdiction d’accéder à sa propriété ; il y a eu une forme de provocation », a assuré Me Ibrahima Baïdy Niane, l’un des avocats de la défense, pour justifier la rixe entre les victimes et les autre talibés Thiantacounes.

Cheikh Béthio Thioune « a appris ce qui était arrivé à Bara Sow et Ababacar Diangne en même temps que tout le monde, quand les forces de l’ordre sont intervenues », a affirmé son avocat, Me Moustapha Dieng, qui assure que par pacifisme, son client avait même demandé à ses disciples d’éviter toute violence envers Bara Sow.


>>> À LIRE – Sénégal : Béthio Thioune, le guide déroutant


Si les avocats du marabout ont toujours soutenu qu’il n’avait jamais été impliqué dans les meurtre ou dans les inhumations illégales, le procureur et la partie civile ont au contraire estimé que Cheikh Béthio Thioune avait donné des consignes concernant Bara Sow et Ababacar Diagne.

Le marabout, qui fut très proche du cinquième khalife général des mourides, Cheikh Saliou Mbacké, décédé en 2007, est un guide religieux aussi influent que contesté. À l’incarcération de leur marabout, en octobre 2012, les disciples de Cheikh Béthio Thioune avaient d’ailleurs violemment protesté dans les rues de Dakar, causant de nombreux dégâts matériels. Le marabout avait par la suite bénéficié d’une remise en liberté sous contrôle judiciaire après dix mois de détention.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte