Dossier

Cet article est issu du dossier «Élections en Afrique du Sud : l'ANC, un favori controversé en perte de vitesse»

Voir tout le sommaire
Elections

Élections en Afrique du Sud : Cyril Ramaphosa assure que la victoire de son parti est « certaine »

Cyril Ramaphosa, président de l'ANC, le 20 décembre 2017 à une conférence du Congrès à Johannesburg.

Cyril Ramaphosa, président de l'ANC, le 20 décembre 2017 à une conférence du Congrès à Johannesburg. © Themba Hadebe/AP/SIPA

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, chef du Congrès national africain (ANC), a assuré dimanche que la victoire était "certaine" lors des élections générales de mercredi, malgré les "erreurs" commises par son parti.

Pendant la campagne, « nous avons rencontré des gens sans emploi, sans maison décente, sans bonne éducation », a déclaré Cyril Ramaphosa en clôturant sa campagne devant plus de 50 000 partisans réunis dans le stade d’Ellis Park à Johannesburg.

« Aujourd’hui, nous disons au peuple sud-africain « Nous vous avons entendus (…) ». Oui, nous avons fait des erreurs mais c’est seulement ceux qui ne font rien qui ne commettent pas d’erreurs », a estimé le chef de l’ANC, le parti au pouvoir depuis les premières élections démocratiques en 1994.

Vingt-cinq ans après la fin officielle du régime raciste de l’apartheid, l’Afrique du Sud, première puissance industrielle du continent, se débat avec un fort taux de chômage (27%), d’énormes disparités sociales et une corruption endémique.

« L’ère de l’impunité est terminée »

« L’ère de l’impunité est terminée, nous entrons désormais dans une période où on rend des comptes », a assuré Cyril Ramaphosa, qui a succédé en février 2018 à la tête du pays à Jacob Zuma, empêtré dans des scandales de corruption.


>>> À LIRE – Afrique du Sud : Ramaphosa attendu au tournant à l’approche des élections générales


« Nous sommes déterminés à ce que les personnes reconnues coupables de corruption (…) ne soient pas autorisées à occuper des postes de responsabilités au sein de l’ANC, au parlement ou dans le gouvernement », a-t-il poursuivi, vêtu d’un polo jaune, l’une des trois couleurs de l’ANC.

« Nous ferons tout notre possible pour nous assurer que ceux qui occupent des responsabilités servent uniquement l’intérêt public et ne se remplissent pas les poches », a-t-il affirmé. « On ne peut permettre que le travail dur accompli ces derniers mois soit gaspillé », a estimé le chef de l’État en appelant les Sud-Africians à voter à nouveau pour son parti.

« Créons ensemble des emplois, mettons fin à la corruption », a-t-il lancé. « Notre victoire est certaine, je peux la sentir, je peux la toucher. »

Les Sud-Africains sont appelés mercredi à élire leurs députés et les membres de neuf assemblées provinciales. Selon les sondages, l’ANC est assuré de conserver la majorité absolue des voix. Une fois élus, les députés éliront le chef de l’État. En cas de victoire de l’ANC, Cyril Ramaphosa devrait être reconduit à son poste.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte