Droits de l’homme

Libye : les garde-côtes interceptent 161 migrants

Des migrants et des réfugiés à bord d'une embarcation, en mer Méditerranée, en mai 2018. © Felipe Dana/AP/SIPA

Les garde-côtes libyens ont intercepté jeudi soir 161 migrants à bord de deux embarcations en mer Méditerranée et les ont ramenés en Libye, ont annoncé le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et la marine libyenne.

Ces « réfugiés et migrants » ont été débarqués à Khoms, a précisé le HCR dans un tweet vendredi soir. Un centre de détention de migrants se trouve dans cette ville côtière située à 120 kilomètres à l’est de Tripoli.

Dans un communiqué publié samedi, la marine libyenne précise que ces 161 migrants, dont 15 femmes et cinq enfants, ont été interceptés sur « deux bateaux pneumatiques » à environ 150 kilomètres au nord-ouest de Khoms.

Mercredi, la marine libyenne avait annoncé avoir ramené à Khoms 96 migrants, des hommes majoritairement soudanais et bangladais, interceptés la nuit précédente.


>>> À LIRE – [Infographie] Libye : les nouvelles routes privilégiées par les migrants africains


En 2019, 1 287 personnes ont été « interceptées, secourues » par les garde-côtes libyens lors de 15 opérations, a ajouté le HCR.

Les agences de l’ONU et organisations humanitaires rappellent régulièrement leur opposition à ce que les migrants arrêtés en mer soient ramenés en Libye, où ils se retrouvent placés « en détention arbitraire » ou à la merci de milices.

Le pays est plongé dans une nouvelle spirale de violence depuis l’offensive militaire lancée le 4 avril par Khalifa Haftar, homme fort de la partie orientale, pour conquérir Tripoli, siège du gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale.

Les forces loyales au GNA et celles de l‘autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Haftar s’affrontent dans la banlieue sud de la capitale ainsi que plus loin au sud de la ville.

L’adjointe à l’émissaire spécial de l’ONU en Libye, Maria do Valle Ribeiro, s’est dit fin avril « très préoccupée » par le sort de « 3 500 migrants et réfugiés (qui) sont en danger dans des centres de détention situés près de zones d’affrontements ».

Aucune donnée officielle n’est disponible sur le nombre de migrants, souvent clandestins, présents en Libye, point de convergence de nombreux migrants d’Afrique subsaharienne et d’Afrique de l’Est qui veulent gagner l’Europe. Leur nombre est estimé à plusieurs centaines de milliers.

Parmi eux, l’Organisation internationale de la migration (OIM) en recense 5 933 retenus dans des « centres de détention » officiels. Plusieurs centaines sont détenus par des groupes armés dans d’autres installations échappant à tout contrôle.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte