Politique économique

Djibouti-Chine : à Pékin, Ismaïl Omar Guelleh a plaidé pour un allègement de la dette

Poignée de main entre Ismaïl Omer Ghelleh et Xi Jinping, à Pékin, le 27 avril 2019.

Poignée de main entre Ismaïl Omer Ghelleh et Xi Jinping, à Pékin, le 27 avril 2019. © Aboubaker Mohamed Halloyta (Abou), photographe à la Presidence de Djibouti

Le président djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh, a mis à profit son entretien avec son homologue chinois Xi Jinping, le 27 avril, pour solliciter de ce dernier un traitement de faveur afin de rendre sa dette plus soutenable – à l’instar des mesures accordées par la Chine au Cameroun en janvier dernier.

Selon nos informations, le président djiboutien, venu à Pékin à la tête d’une forte délégation pour participer à la seconde édition du forum de l’initiative « Belt and Road » (« Ceinture et route pour la coopération internationale »), a rappelé le fardeau du prêt du chemin de fer Djibouti – Addis-Abeba (remboursable sur vingt-cinq ans), ainsi que le temps nécessaire pour parvenir au seuil de rentabilité de la ligne.

Il a également fait part de ses inquiétudes quant aux pressions étrangères (notamment américaines) face à l’installation depuis juillet 2017 de la base logistique de l’armée chinoise à Djibouti et sollicité une accélération de l’aide militaire promise par la Chine à l’armée djiboutienne.

En réponse, Xi Jinping a invité IOG à lui envoyer dans les plus brefs délais une équipe d’experts afin de renégocier les conditions du prêt avec l’Eximbank chinoise et promis au président djiboutien d’intervenir en sa faveur auprès du ministère de la Défense.

Coopération avec Singapour

À noter que selon une récente étude de la « China Africa Research Initiative » de l’université américaine John Hopkins, Djibouti est l’un des trois pays africains (avec le Congo Brazzaville et la Zambie) dont la Chine est le principal créditeur : elle y détient environ 70 % de la dette extérieure.

Soucieux de diversifier ses partenaires, Ismaïl Omar Guelleh a également rencontré à Pékin le Premier ministre de Singapour, Lee Hsien Loong.


>>> À LIRE : Singapour se veut un modèle pour l’Afrique


Objectif : s’inspirer du modèle de la cité-État asiatique, dont la prospérité repose en partie sur une situation de hub similaire à celle de Djibouti en Afrique de l’Est, et développer la coopération bilatérale dans les domaines des télécommunications, de l’aménagement urbain, de la logistique et du transfert de technologies. Dans ce cadre, Lee Hsien Loong devrait se rendre bientôt en visite officielle à Djibouti.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte