Politique

RDC : Martin Fayulu appelle à la démission du président Félix Tshisekedi

Martin Fayulu continue de revendiquer la victoire au scrutin du 30 décembre dernier.

Martin Fayulu continue de revendiquer la victoire au scrutin du 30 décembre dernier. © Bruno Levy pour JA

L’opposant congolais Martin Fayulu a appelé dimanche à la démission du président Félix Tshisekedi lors d’un meeting à Kinshasa. La coalition Lamuka qui l’avait soutenu durant sa candidature à l’élection présidentielle doit devenir une organisation d’opposition.

« Cette fois-ci, nous sommes rentrés pour demander et obtenir la démission de Félix Tshisekedi. Il a fait la honte, il a vendu le pays », a déclaré Fayulu devant plusieurs milliers de ses partisans, en présence des forces de l’ordre.

« N’attendez plus un mot d’ordre (…). Vous, peuple, vous êtes plus fort que n’importe quelle armée au monde. Au Soudan et en Algérie, le peuple a obtenu le départ des dirigeants. Ici, on doit faire la même chose contre Kabila et Tshisekedi », a-t-il ajouté.

Réunis place sainte Thérèse dans la commune populaire de Ndjili (est), les manifestants sont venus écouter Fayulu qui revenait de Bruxelles au lendemain d’une réunion des leaders de la coalition Lamuka, qui avait soutenu sa candidature à la présidentielle du 30 décembre.

A l’issue du scrutin, un autre opposant, Félix Tshisekedi, a été proclamé vainqueur. Mais Fayulu, revendique toujours la victoire avec 60% des voix.

Samedi à Bruxelles, au terme d’une réunion de deux jours, les six leaders de Lamuka (Martin Fayulu, Moïse Katumbi, Freddy Matungulu, Jean-Pierre Bemba, Adolphe Muzito et Antipas Mbusa Nyamwisi) ont réaffirmé leur « unité » et ont annoncé la transformation de la coalition électorale Lamuka en « plateforme politique », avec une présidence tournante pour une durée de trois mois.

La première présidence sera assurée par Moïse Katumbi. Allié puis adversaire de l’ex-président Joseph Kabila, l’ex-gouverneur du Katanga minier était poursuivi depuis 2016 dans une affaire de spoliation immobilière dont il niait tout fondement.

Il avait quitté la RDC en mai 2016 pour l’Afrique du Sud puis la Belgique, pour des raisons de santé. Il avait été ensuite condamné un mois plus tard à trois ans de prison.

Riche homme d’affaires, patron du TP Mazembe de Lubumbashi, gloire du football africain, Katumbi avait finalement soutenu et financé la campagne de l’opposant Martin Fayulu.

Le 19 avril, la justice congolaise a annulé sa condamnation.

Investi le 24 janvier, le président Tshisekedi n’a ni nommé de Premier ministre ni de gouvernement. Il est lié par un accord politique à son prédécesseur, Joseph Kabila, dont la coalition du Front commun pour le Congo (FCC) a conservé la majorité absolue à l’Assemblée nationale, au Sénat et dans les gouvernorat des provinces.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte