Politique

À Abidjan, le concert du rappeur Kaaris vire à l’émeute

AFP © Le rappeur franco-ivoirien Kaaris en concert au Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua) à Abidjan

La prestation du rappeur franco-ivoirien Kaaris au Festival des musiques urbaines d'Anoumabo (Femua) à Abidjan, dans la nuit du samedi à dimanche, a dégénéré en violences après un mouvement de foule, faisant quelques blessés légers.

A la quatrième chanson du rappeur habillé d’un maillot orange (identique à celui de l’équipe national de football de Côte d’Ivoire), une foule surexcitée a fait céder la barrière de sécurité en face du podium, provoquant une réaction brutale des forces de l’ordre qui les ont dispersés à coup de matraques.

Débordés, les policiers ont fait de usage de gaz lacrymogène pour contenir un groupe de jeunes surchauffés, mettant ainsi fin au passage du rappeur qui avait attiré près de 10 000 personnes.

« Les policiers sont à l’origine de ce débordement », a accusé un festivalier, torse nu, venu voir son « idole » Kaaris. Il a également déploré quelques blessés.

Revenu près d’une heure après l’incident, le chanteur a exprimé sa colère à la foule et appelé au calme.

Auparavant, la star ivoirienne, le footballeur international Didier Drogba et le leader du groupe Magic system, Salif Traoré, dit A’Salfo, promoteur du Femua sont montés sur scène pour donner un rendez-vous au public à Gagnoa (centre-ouest), ville (natale) de l’ex- président ivoirien Laurent Gbagbo, acquitté en janvier de crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale.

« Demain soir (dimanche) on est a Gagnoa ça va être très chaud, je suis pressé d’y être. j’y suis né. J’ai beaucoup d’espoir en moi que je veux partager un peu », a déclaré Kaaris.

Interrogé sur ses relations avec Booba dont le clash incessant qui l’oppose a atteint son paroxysme l’été dernier avec leur bagarre ultra-médiatisée dans l’aéroport d’Orly, Kaaris a répondu: « il faudra que tu lui demandes quand tu le verras, car le Femua est plus important ».

Le Femua s’achève dimanche à Gagnoa. Cette édition du festival, créé en 2008 par le groupe star de la musique ivoirienne, a accueilli 16 artistes dont le musicien nigérian Femi Kuti (fils de Fela Kuti), Oumou Sangaré (Mali), Roga Roga et Extra Musica (Congo Brazzaville).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte