Politique

Tunisie : 10 choses à savoir sur Selim Azzabi, la cheville ouvrière de Tahya Tounes

Au lancement du nouveau parti Tahya Tounes (Vive la Tunisie), le 27 janvier à Monastir, avec notamment Selim Azzabi au pupitre.

Au lancement du nouveau parti Tahya Tounes (Vive la Tunisie), le 27 janvier à Monastir, avec notamment Selim Azzabi au pupitre. © Nicolas Fauqué pour JA

La relève politique en Tunisie se met en place. À 40 ans, Selim Azzabi est le coordinateur général de Tahya Tounes, qui tient son premier congrès constitutif le 28 avril. Ce proche de Béji Caïd Essebsi a été de tous les partis modernistes avant de créer la formation.

1. Andalou

La famille de sa mère, les Farah, sont des descendants de morisques qui ont fui Grenade à la Reconquista espagnole au début du XVIIème siècle. Devenus des notables de Tunis, ils étaient des maîtres-artisans de la corporation des chaouachis, fabricants du traditionnel couvre-chef de laine rouge.

2. Liens de famille

À sa nomination à la direction du cabinet présidentiel en août 2016, certains médias ont rappelé que Rym Reguig, épouse de Hafedh Caïd Essebsi, fils du président de la République, était sa cousine maternelle et laissé sous-entendre la mise en place d’une gouvernance clanique. D’autant que le chef du gouvernement, Youssef Chahed, est aussi un parent par alliance du président.

3. Proche du chef

Dans tous ses propos, le coordinateur général de Tahya Tounes rend hommage au chef de l’État Béji Caïd Essebsi. À ses côtés lors de la campagne électorale de Nidaa Tounes en 2014 et ensuite à Carthage, en tant que premier conseiller chargé du secrétariat général de la présidence de la République puis directeur du cabinet présidentiel, Selim Azzabi a été à bonne école politique.

Au lancement du nouveau parti Tahya Tounes (Vive la Tunisie), le 27 janvier à Monastir, avec notamment Selim Azzabi à droite.

Au lancement du nouveau parti Tahya Tounes (Vive la Tunisie), le 27 janvier à Monastir, avec notamment Selim Azzabi à droite. © Nicolas Fauqué pour JA

4. D’un parti à l’autre

Entré en politique en 2011, Selim Azzabi a été de tous les partis modernistes avant de trouver ses marques en créant Tahya Tounes. Cofondateur du parti Républicain qui rejoindra la formation d’Al Joumhouri, il intègre Nidaa Tounes en 2013 et sera l’un des artisans de la victoire du parti à la présidentielle, en tant que coordinateur exécutif de la campagne, poste qu’il quitte en octobre 2018.


>>> À LIRE – Tunisie : le parti Tahya Tounes saura-t-il se différencier de Nidaa ?


5. Passion politique

Bardé de diplômes en gestion et finance, celui qui a fait ses armes à la Dresdner Bank en France puis au cabinet d’actuariat à Paris, avant de lancer son propre cabinet de conseil et de créer un fonds d’investissement en private equity, destiné à l’Afrique subsaharienne, abandonne une brillante carrière en 2014 pour se consacrer à la politique.

6. Youssef Chahed

Depuis 2011, Azzabi et le chef du gouvernement (43 ans) sont des compagnons de route politique mais se connaissaient bien avant la révolution. Un même milieu social et un parcours commun ont rapproché les deux hommes dont on dit aussi qu’ils sont amis. Ils partagent en tout cas une vision et un objectif commun, qu’ils entendent traduire via Tahya Tounes.


>>> À LIRE – Tunisie : Youssef Chahed et Selim Azzabi, binôme complémentaire


7. Tahya Tounes

On reproche au parti, qui défend le bilan de Youssef Chahed, d’être une copie de Nidaa Tounes et de rassembler les mêmes figures. Mais à la veille de son congrès constitutif, il affiche déjà 100 000 adhérents. Un refuge des déçus de Nidaa Tounes ? Sans doute, mais le nouveau parti a aussi avancé ses pions en s’appuyant sur un groupe parlementaire, la Coalition nationale, devenu le deuxième à l’Assemblée.

8. Ennahdha

Selim Azzabi, comme d’autres dirigeants de Tahya Tounes, se gardent de prendre position sur les questions sociétales essentielles, comme l’égalité successorale, qui font la différence avec les islamo-conservateurs. Tout comme il ne se prononce pas sur une éventuelle alliance avec Ennahdha à l’issue des législatives.

9. Le style Azzabi

Décontracté mais extrêmement attentif, celui qui a grandi dans le cercle privilégié de La Marsa a observé de près les manœuvres politiques pendant huit ans, étonne par son naturel mais sait aussi esquiver les questions qui fâchent. Il tiendrait son aisance de son père, Ridha Azzabi, dirigeant sportif et haut commis de l’État.

10. Et demain ?

Le père de deux enfants qui apprécie les discrets repas en famille à Sidi Bou Saïd, n’en est qu’au début de sa carrière mais se destine à diriger Tahya Tounes. Si comme Youssef Chahed, il ne dit rien de ses ambitions personnelles, il devra se garder de ceux à qui il fait de l’ombre au sein du parti.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte