Agroalimentaire

Céréales : Olam fait une offre de rachat pour une filiale nigériane d’Aliko Dangote

Olam entend capter la demande croissante en pain, pâte, nouille, biscuit ou semoule au Nigeria. © Gwenn Dubourthoumieu pour Jeune Afrique

L'agro-industriel Olam a lancé une offre de rachat en direction de Dangote Flour Mills, filiale de l'empire commercial d'Aliko Dangote. Elle propose 319 millions d'euros pour acquérir l'ensemble du capital de la filiale nigériane, sur une base sans dette ni liquidité.

Le géant singapourien de l’agro-alimentaire Olam (30,5 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2018) a soumis une offre ferme en vue d’acquérir 100% du capital de Dangote Flour Mills (DFM), l’un des principaux fabricants de farine et de pâtes alimentaires du Nigeria, pour un montant de 130 milliards de naira (environ 319 millions d’euros).

L’offre comprend les cinq unités de production de farine et pâtes alimentaires de DFM, ainsi que ses capacités logistiques, notamment l’accès aux ports d’Apapa et de Calabar.

Découvrir le classement 2019 des 100 africains les plus influents


>>> À LIRE – Agroalimentaire : Olam desserre l’étreinte


Cette acquisition s’inscrit dans la stratégie d’Olam visant à renforcer son portefeuille en investissant dans des secteurs où le groupe à déjà de l’expérience, en l’occurrence l’écrasement de blé, dans un marché en forte croissance. “Nous sommes confiants dans les perspectives de croissance de ce pays et cette acquisition, qui double notre capacité installée, témoigne de notre engagement à long terme envers l’économie nigériane”, a déclaré Keshav Chandra Suresh, directeur général d’Olam Grains and Animal Feed.

Depuis qu’il a racheté en 2010 pour 81,2 millions d’euros la filiale locale du libanais Crown Flour Mills (CFM), le groupe singapourien s’applique à renforcer son empreinte régionale. “Réunir Olam et DFM permettrait d’améliorer la capacité de production et de créer des synergies avec nos activités existantes afin de fournir des produits améliorés pour répondre aux besoins des clients sur le marché”, souligne Keshav Chandra Suresh dans le communiqué d’Olam.


>>> À LIRE – Céréales : la guerre des moulins


Face à une demande croissante de farine, le singapourien vise ainsi un groupe dont l’activité complémentaire à la sienne lui permettra de tirer davantage parti de ses capacités en matière d’approvisionnement mondial, de fret, de gestion des risques pour réaliser des économies d’échelle.

Le communiqué précise que cette offre est notamment soumise aux approbations des actionnaires de DFM, de l’autorité de régulation, de la Haute Cour fédérale du Nigeria, ainsi qu’à l’absence d’un changement défavorable au sein de l’activité de DFM.

Si l’acquisition se concrétise, DFM sera radiée de la bourse du Nigeria, le Nigerian Stock Exchange.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte