Politique

Rwanda : Ignace Murwanashyaka, chef politique des FDLR, est mort en Allemagne

Igance Murwanashyaka, le chef politique des FDLR, à Rome, le 31 mars 2005.

Igance Murwanashyaka, le chef politique des FDLR, à Rome, le 31 mars 2005. © AFP

Le chef politique des FDLR, accusé d’avoir commis des exactions en République démocratique du Congo en 2009, est mort mardi en Allemagne où il était détenu dans l’attente d’un réexamen de sa condamnation.

Ignace Murwanashyaka est décédé mardi à 55 ans à la clinique universitaire de Mannheim, a indiqué le quotidien allemand Tageszeitung. Son état de santé s’était brutalement détérioré le 11 avril en détention, a expliqué le tribunal régional de Stuttgart à l’agence de presse allemande dpa en confirmant la mort mais pas le lieu. Le tribunal a indiqué ne pas disposer d’informations plus précises sur sa maladie ni sur les causes de sa mort en raison du secret médical.

Ignace Murwanashyaka, président (chef politique) des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), avait été arrêté en novembre 2009 en Allemagne où il vivait depuis les années 1980. Il était accusé, aux côtés du vice-président des FDLR Straton Musoni, d’avoir téléguidé depuis l’Allemagne plusieurs attaques dans la région du Nord-Kivu dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

Le tribunal de Stuttgart avait condamné Murwanashyaka à 13 ans de prison en septembre 2015, à l’issue d’un long et complexe procès, et Musoni à huit ans. Mais cette condamnation avait été annulée en décembre par la Cour fédérale de Karlsruhe en raison « d’erreurs juridiques en sa faveur comme en sa défaveur » et devait être réexaminée.

Recherché par Kigali

Les deux hommes devaient initialement répondre de 26 crimes contre l’humanité et 39 crimes de guerre, commis en 2009, ainsi que de « la direction d’une entreprise terroriste à l’étranger ». Mais la cour avait finalement abandonné les trois quarts des accusations pour se concentrer sur les meurtres, expliquant ne pas vouloir mettre en péril les enfants-soldats recrutés de force et les femmes violées.

Plusieurs rapports d’experts désignaient Ignace Murwanashyaka comme le chef de l’organisation depuis fin 2001, sous le nom de code Mihigo. Recherché par Kigali et objet de sanctions des Nations unies depuis 2005, il a fait sa vie en Allemagne après ses études.

Les FDLR sont présentes dans l’est de la RDC depuis 1994. Certains de leurs chefs sont accusés d’être responsables du génocide des Tutsi au Rwanda perpétré par le régime hutu extrémiste, avant son renversement par les forces de l’actuel président rwandais Paul Kagame.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte