Football

CAF : Ahmad Ahmad répond aux accusations de corruption et de harcèlement sexuel

Ahmad Ahmad, le patron malgache de la CAF, lors d'une visite à Marrakech, au Maroc, en mars 2017. © Mosa'ab Elshamy/AP/SIPA

Licencié la semaine dernière par la Confédération africaine de football (CAF), l'ex-secrétaire général de l'instance continentale, Amr Fahmy, accuse Ahmad Ahmad de corruption et de harcèlement sexuel. Interrogé par Jeune Afrique, le président de la CAF se défend et invoque un coup monté.

Ce sont des accusations qui ne sont pas passées inaperçues, alors que la Confédération africaine de football avait mis les petits plats dans les grands vendredi 12 avril, à l’occasion du tirage au sort, au pied des pyramides de Gizeh, de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), qui se déroulera en Égypte du 21 juin au 19 juillet.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte