Banque de développement

Banque africaine de développement : le Canada prêt à investir temporairement 1,1 milliard de dollars

L'immeuble de la BAD à Abidjan, en Côte d'Ivoire, en mars 2016. © © Jacques Torregano pour JA

Prêt à augmenter sa souscription au capital exigible de la Banque africaine de développement (BAD) de 1,1 milliard de dollars, le Canada prend les devants d'une augmentation générale du capitale de l'institution bancaire.

Le Canada se dit prêt à augmenter sa souscription au capital exigible de la Banque africaine de développement (BAD) de 1,1 milliard de dollars. Le capital exigible de la BAD est la part de son capital souscrit mais non-versée par ses états-membres que ceux-ci s’engagent à payer dès que la BAD en a besoin pour honorer ses obligations.

Cette annonce a été faite le 12 février dernier par Maryam Moncef, ministre canadienne du Développement international, des Femmes et de l’Égalité des genres, un jour après la réunion des gouverneurs de la BAD à Washington, dont l’objectif était de faire avancer les discussions sur une septième augmentation générale de capital (AGC) de la BAD.

Cette dernière dispose aujourd’hui d’un capital souscrit de 91,7 milliards de dollars, parmi lesquels 7 milliards de dollars sont versés, et 84,7 milliards sont exigibles.

« Le Canada fait la preuve de son engagement envers les pays africains et de la confiance qu’il accorde à la Banque africaine de développement en annonçant que le pays apportera temporairement jusqu’à 1,1 milliard de dollars au capital exigible de l’institution, selon ses besoins », a déclaré Maryam Monsef devant les corps diplomatiques en poste à Washington, les gouverneurs de la Banque et les directeurs généraux.  Les gouverneurs de la Banque doivent désormais se prononcer sur la validation de cette augmentation.

« Pas moins de 50% consacrés à l’Afrique subsaharienne »

Le Canada est décidé à faire en sorte que « pas moins de 50 % de l’aide bilatérale au développement soient consacrés à l’Afrique subsaharienne d’ici à 2021-2022 », a précisé la ministre.

Pour le président de la Banque, Akinwumi Adesina, « le soutien du Canada représente un énorme coup de pouce à l’institution. La Banque sera en mesure de renforcer sa notation triple A et d’augmenter les prêts qu’elle octroie à ses pays membres parallèlement aux discussions en cours entre tous les actionnaires en vue d’une augmentation générale du capital ».

Membre – donc actionnaire – du Groupe de la Banque africaine de développement depuis 1983, le Canada a participé à toutes les augmentations générales de capital de la BAD. Au 30 juin 2018, le capital total souscrit par le Canada s’élevait à 3,5 milliards de dollars américains, dont 252 millions de dollars versés et 3,22 milliards de dollars en capital exigible. Le pays figure ainsi au quatrièmes rang des pays membres actionnaires non africains de la Banque.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte