Diplomatie

[Tribune] La renaissance des relations entre l’Éthiopie et la France

Par

Ambassadeur d’Éthiopie en France

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed (à g.) et le président français Emmanuel Macron à l'Élysée, à Paris, le lundi 29 octobre 2018. © Michel Euler/AP/SIPA

Ambassadeur d’Éthiopie en France, Henok Teferra présentera ses lettres de créance le 12 avril au président français Emmanuel Macron. Les deux pays peuvent, selon lui, servir de point d’ancrage pour une coopération renouvelée et renforcée entre l’Afrique et l’Europe.

Les relations diplomatiques de l’ère moderne entre l’Éthiopie et la France datent officiellement de 1897. Cependant, déjà au XVIIIème siècle, les rois de France avaient noué des relations avec la Cour de Gondar en Éthiopie à travers leurs émissaires.

Si les relations entre les deux pays ont connu leur apogée au XXème siècle sous l’empereur Ménélik II avec la construction du chemin de fer éthio-djiboutien et sous l’empereur Haïlé Sélassié I, lui-même francophone, à l’origine, entre autres, du Lycée franco-éthiopien Guébré-Mariam, force est de constater que ces dernières années cette coopération était loin d’atteindre un niveau satisfaisant.

La visite en France du Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, au mois d’octobre 2018, sa première en Europe, intervenue quelques mois seulement après son arrivée au pouvoir, suivie par celle du président Emmanuel Macron en Éthiopie au mois de mars 2019, marquent indubitablement le début d’une nouvelle ère dans les relations entre les deux pays.

Ces deux visites ont permis de jeter des bases solides pour une amélioration qualitative et quantitative de la coopération entre les deux pays appelée à se hisser à un niveau stratégique.

Vision commune

Le renforcement de la coopération entre les deux pays repose d’abord, et avant tout, sur une vision commune s’agissant des sujets fondamentaux qui touchent aux destinées des deux peuples tels que la question du réchauffement climatique ; le respect des valeurs démocratiques et des droits de l’homme ; la préservation et la mise en valeur de nos patrimoines culturels ; la lutte contre le fanatisme et le terrorisme ; une mondialisation juste respectant la diversité des peuples et reposant sur des piliers régionaux forts ; et le multilatéralisme comme vecteur de dialogue entre les nations et de la promotion de leurs intérêts.

L’arrivée au pouvoir d’Abiy Ahmed a complètement bouleversé la dynamique dans la Corne de l’Afrique avec la paix retrouvée entre l’Éthiopie et l’Érythrée. Désormais, un vent d’optimisme souffle sur la Corne de l’Afrique qui, avec la paix retrouvée, se tourne maintenant vers l’intégration économique de la sous-région.

Transition économique

Sur le plan intérieur, l’Éthiopie, qui depuis plus d’une décennie enregistre un taux de croissance économique parmi les plus élevés au monde, s’est résolument engagé sur la voie d’une libéralisation politique et économique sans précédent qui s’est traduite notamment par la libération de prisonniers politiques et de journalistes, le retour d’exile d’opposants et leur participation dans le champ politique, la désignation d’une figure respectée de l’opposition comme responsable de la Commission électorale, la modification de la loi sur les sociétés civiles ou encore l’annonce d’ouverture du capital des grandes entreprises publiques telles que Ethio Telecom et Ethiopian Airlines.


>>> À LIRE – Éthiopie : Abiy Ahmed, le négus du changement


La France a marqué sa confiance dans ce processus de transformation politique et économique avec un engagement fort de 100 millions d’euros en soutien de la transition économique de l’Éthiopie.

Les entreprises françaises manifestent un plus grand intérêt pour le marché éthiopien en plein essor. En plus des entreprises déjà présentes en Éthiopie telles que BGI-Castel, Total ou encore Peugeot, des grandes et moyennes entreprises, de plus en plus nombreux œuvrant dans des domaines aussi variés que la manufacture, l’agro-alimentaire, la logistique, les énergies renouvelables ou encore la création culturelle, frappent à la porte d’une Éthiopie qui plus que jamais est prête à les accueillir.

La France et l’Éthiopie peuvent servir de point d’ancrage pour une coopération renouvelée et renforcée entre l’Afrique et l’Europe

Des programmes de coopération

Par ailleurs, l’Éthiopie et la France ont signé un accord-cadre de coopération dans le domaine de la défense, qui jette les bases pour une coopération stratégique, y compris dans la mise en place de la future marine éthiopienne.

Pour ce qu’est de la culture, l’Éthiopie et la France se sont mis d’accord pour travailler main dans la main pour la rénovation et la valorisation des églises de Lalibela, véritable trésor culturel datant du XIIème siècle, inscrites au patrimoine de l’Unesco, de même que du palais national (Palais du Jubilé) construit par l’empereur Haïlé Sélassié I.

La présence du français, une des langues officielles de l’Union africaine dont le siège est à Addis-Abéba, sera également renforcée dans les écoles et les universités éthiopiennes à travers des programmes de coopération.

Enfin, les deux pays œuvreront ensemble dans la lutte contre le réchauffement climatique sous l’égide de l’accord de Paris sur le climat dont l’Éthiopie est signataire.

Les personnalités comptent, et la parfaite entente entre les deux leaders politiques issus d’une même génération avec un parcours politique comparable et une volonté affichée de moderniser leur pays respectif et constitue une chance historique. La France, pilier de la construction européenne et membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU et l’Éthiopie, deuxième pays le plus peuplé d’Afrique et siège de l’Union africaine, peuvent servir de point d’ancrage pour une coopération renouvelée et renforcée entre l’Afrique et l’Europe.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte