Politique

Au Soudan, les femmes au cœur de l’Intifada

Des manifestants réclamant le départ d'Omar el-Béchir, le 8 avril 2019 à Khartoum. © AP/SIPA

Les réseaux sociaux s'enthousiasment pour le cliché et les vidéos d'une jeune manifestante soudanaise. Profitant d'une vieille tradition d'engagement féminin dans l'opposition, les organisations qui encadrent aujourd'hui le mouvement de contestation comptent rallier de nombreuses Soudanaises.

C’est une image en passe de devenir l’un des symboles de la contestation qui secoue le Soudan depuis le 19 décembre. Une photographie qui a fait le tour du monde, via les réseaux sociaux. Le cliché, pris par un jeune internaute le 8 avril à Khartoum, montre une jeune femme en tobe, un habit traditionnel soudanais, juchée sur le toit d’une voiture et surplombant la masse des manifestants qu’elle harangue, doigt pointé vers le ciel.

Sur des vidéos filmées au même moment, on voit la pasionaria soudanaise en action. « Ma mère est une Qandaqa ! », crie la jeune femme, faisant référence aux reines de l’époque du royaume Kosh. « Thawra ! » (révolution), répond la foule.

Lors d’un sit-in organisé le 7 avril devant le quartier général de l’armée, à Khartoum, c’est une mère qui a concentré tous les regards. Celle de Hazza, un jeune tué par des policiers lors des manifestations en 2013 et célébré comme un « martyr » par la foule. 

Depuis le début des manifestations, des images montrant la participation des femmes dans le mouvement se multiplient. Certaines s’engagent même physiquement dans les affrontements avec les forces de l’ordre.

Dans une vidéo relayée sur Facebook le 14 mars, tournée dans une ville soudanaise non précisée, on voit ainsi une femme jeter à deux reprises des cartouches lacrymogènes en direction des forces de l’ordre, s’attirant les félicitations d’un groupe de jeunes hommes manifestant à ses côtés.

 

Une implication active qui n’est pas sans conséquences. Mariam al-Mahdi, fille de Sadek al-Mahdi, le chef du principal parti d’opposition al-Oumma, est aussi devenue l’une des figures de l’opposition politique. Elle copréside aujourd’hui le parti dirigé par son père, un parti au référentiel islamique, et assure la liaison avec d’autres organisations, comme le Parti du Congrès soudanais et le Parti communiste, pour assurer l’unité de l’opposition. En mars, elle a été arrêtée et condamnée à une semaine de prison pour ses activités politiques.

Cette présence des femmes sur le front de la contestation du pouvoir d’Omar el-Béchir est d’autant plus notable que le régime, qui s’inscrit dans la lignée idéologique des Frères musulmans, a un discours conservateur sur le chapitre des droits des femmes. Le Soudan est d’ailleurs l’un des rares pays au monde à ne pas avoir signé la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, adoptée par l’Assemblée générale des Nations-unies en 1979.

De Fatima Ahmed Ibrahim à Safia Ishaq

Les opposants soudanais soulignent cependant que le rôle clé joué par les femmes dans leurs rangs n’est pas nouveau. Fatima Ahmed Ibrahim en est sans aucun doute l’exemple le plus fameux. Née dans les années 1930 à Khartoum, elle a laissé son empreinte sur l’histoire politique de son pays en devenant la première femme élue à l’Assemblée nationale, en 1965. Son entrée au Parlement avait été saluée par une manifestation de femmes que la police avait eu du mal à contenir. En 2017, son enterrement a également rassemblé plusieurs milliers de Soudanais.

Si les partis traditionnels de l’opposition, qu’ils soient d’inspiration islamique, socialiste ou panarabe, n’offrent pas toujours beaucoup de place à leurs adhérentes, les associations de la société civile se montrent plus ouvertes. En 2011, le combat mené par Safia Ishaq, activiste au sein du mouvement citoyen Grifina, a ainsi largement défrayé la chronique. Elle avait osé prendre la parole publiquement pour dénoncer les viols commis par des trois agents du terrible National Intelligence and Security Service (NISS), après qu’elle a été arrêtée pour motifs politiques. Aucun des agresseurs n’avait été poursuivi. À l’inverse, une journaliste qui avait suivi l’affaire avait été condamnée à une amende.

En 2012, le mouvement étudiant inspiré par les « printemps arabes » marque un tournant. De nombreuses jeunes femmes intègrent des organisations de jeunesse. Au début de l’année 2018, une petite mobilisation a eu lieu à l’Université Ahfad pour femmes, à Omdurman, l’un des épicentres de l’actuelle Intifada. Les étudiantes se mobilisaient contre les violences faites aux femmes dans l’enceinte de l’université.

De nombreuses vidéos témoignent du fait que des manifestantes perpétuent l’esprit des mouvements de 2012 et de ceux qui ont lieu sur les campus de manière régulière, privilégiant le chant, la poésie ou les improvisations théâtrales.

L’Association des professionnels soudanais (SPA), est l’épine dorsale de cette Intifada. Puissante notamment dans le secteur hospitalier, elle recrute massivement chez les jeunes et les femmes. Cette coordination – qui s’apparente de fait à une confédération syndicale parallèle dans un pays où les syndicats sont à la main du pouvoir – a aussi bien compris le rôle prépondérant que les femmes entendent tenir. Le 8 mars dernier, pour la Journée internationale des droits des femmes, la SPA a appelé à manifester « en l’honneur des Soudanaises » et « en solidarité avec les prisonnières et les grévistes de la faim ». De nombreuses femmes ont rejoint la manifestation à cette occasion pour exiger une amélioration de leurs conditions sociales.

Jusqu’en 2015, des cours jugeaient encore pour adultère des femmes qui avaient été violées. Dans le « Gender Inequality Index » mis au point par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), le Soudan se plaçait en 2017 au 139e rang, sur 189.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte