Dossier

Cet article est issu du dossier «Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Voir tout le sommaire
Politique

Après le départ de Bouteflika, les Algériens dans la rue pour un septième vendredi consécutif

Des manifestants à Alger, vendredi 5 avril 2019. © Sidali Djarboub/AP/SIPA

Les Algériens manifestent vendredi, premier grand rassemblement depuis le départ du président Abdelaziz Bouteflika, pour dire leur refus de toute implication de ses anciens fidèles dans la transition politique.

Quatre heures avant le coup d’envoi prévu du cortège, à 14h locales (13hGMT), plusieurs centaines de personnes sont déjà réunies dans le centre d’Alger, sur le parvis de la Grande Poste. Cette place, épicentre des grandes manifestations hebdomadaires, résonne déjà de slogans et cris, comme “On ne pardonnera pas !”, référence à la lettre d’adieu du chef de l’État, dans lequel il demande pardon à ses concitoyens.


>>> À LIRE – Démission d’Abdelaziz Bouteflika : l’Algérie entre espoirs et inquiétudes


Arrivé tôt le matin de Boumerdès, à 50 kilomètres à l’est d’Alger, Said Wafi, 42 ans, employé d’une banque publique, voulait “être le premier manifestant contre le système”. “Le départ de Bouteflika ne veut rien dire, si ses hommes continuent à gérer le pays”, dit-il. “Bouteflika était très malade, il ne gouvernait pas en réalité et rien ne changera s’il part seul et laisse ses hommes”, renchérit Samir Ouzine, un étudiant de 19 ans.

Avec le départ d’Abdelaziz Bouteflika, le néologisme “vendredire”, inventé par les contestataires et signifiant “manifester joyeusement”, a acquis, sur les réseaux sociaux, un sens supplémentaire : “faire chuter un régime dictatorial pacifiquement”.

Appel au départ des “3B”

Dans une vidéo postée sur Internet, l’avocat Mustapha Bouchachi, l’une des voix de la contestation, a appelé les Algériens à faire de vendredi “un grand jour”. “La démission du président ne signifie pas qu’on a eu réellement gain de cause”, prévient-il.

Les protestataires appellent au départ des “3B”, Abdelkader Bensalah, Tayeb Belaiz et Noureddine Bedoui, trois hommes-clés de l’appareil mis en place par l’ex-président Bouteflika et à qui la Constitution confie les rênes du processus d’intérim.


>>> À LIRE – Algérie : histoire secrète de la révolution qui a renversé le président Bouteflika


Président depuis plus de seize ans du Conseil de la nation (la chambre haute du Parlement algérien) avec l’assentiment du clan Bouteflika, Bensalah est chargé de le remplacer pour trois mois à la tête de l’État, le temps d’organiser une présidentielle, selon la Constitution. Tayeb Belaïz, qui fut seize ans ministre, quasiment sans interruption, préside – pour la deuxième fois de sa carrière – le Conseil constitutionnel, chargé de contrôler la régularité du scrutin. Quant au Premier ministre Noureddine Bedoui, il était jusqu’à sa nomination le 11 mars ministre de l’Intérieur.

“L’après-Bouteflika n’est pas clair”

“S’en tenir à la Constitution”, et confier l’intérim et l’organisation des élections à des hommes incarnant le système déchu, “va probablement susciter pas mal de protestations, les contestataires doutant que les élections soient équitables (…) et libres”, estime Isabelle Werenfels, chercheuse associée à l’Institut allemand pour les Affaires internationales et de Sécurité. À la place, les manifestants appellent à la mise sur pied d’institutions de transition, à même de réformer le pays et d’organiser notamment un cadre juridique garantissant des élections libres.


>>> À LIRE – Démission de Bouteflika : « C’est un coup d’État sous une forme particulière »


“L’après-Bouteflika n’est pas clair. La rue et les partis” d’opposition “appellent à une nouvelle Constitution, une nouvelle loi électorale”, souligne Hamza Meddeb, chercheur sur le Moyen-Orient à l’Institut universitaire européen de Florence. L’Algérie entre dans “la phase la plus délicate, car la rue et les institutions risquent de se diviser”, estime-t-il.

Grand vainqueur de son bras de fer avec l’entourage de Bouteflika, qu’il a contraint in fine à quitter le pouvoir, le général Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major de l’armée, apparaît comme l’homme fort du pays actuellement.

La rue, “nouvel acteur de la vie politique”

“La rue est devenue le nouvel acteur dans la vie politique algérienne”, mais “on ne connaît pas grand-chose des intentions de l’armée concernant la gestion de l’après-Bouteflika”, souligne Hasni Abidi, directeur du Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen à Genève. D’autant que le général Gaïd Salah est lui aussi largement perçu par les manifestants comme un homme du “système” Bouteflika qu’il a fidèlement servi depuis sa nomination par le président à la tête de l’armée en 2004, avant de le lâcher ces derniers jours.

Les Algériens, eux, gardent espoir : “Nous voulons recouvrer notre liberté, notre souveraineté. (…) J’espère vivre assez longtemps pour assister à la démocratie dans mon pays”, confie vendredi Said Zeroual, 75 ans, les larmes aux yeux et des sanglots dans la voix. Cet espoir a, pour l’heure, fait renoncer Zoubir Challal à tenter de traverser la Méditerranée à la recherche d’un avenir meilleur, comme de nombreux Algériens. La pancarte que ce chômeur de 28 ans porte dit : “Pour la première fois, je n’ai pas envie de te quitter mon pays”.

Spécial Algérie © Jeune Afrique

Lire les autres articles du dossier

«Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte