Diplomatie

Rwanda-France : vingt-cinq ans de commémorations sous haute tension

Les présidents Paul Kagame et Emmanuel Macron à New York, lundi 18 septembre. © Twitter - Présidence rwandaise

Depuis 1994, la représentation de la République française lors des commémorations du génocide des Tutsi alterne entre mélodrame bilatéral et politique de la chaise vide. Le 7 avril, malgré l’amélioration récente des relations entre les deux pays, Emmanuel Macron sera représenté par un simple député. Au risque de froisser les autorités rwandaises ?

Off-the-record, des émissaires de l’Élysée l’affirmaient ces dernières semaines : à défaut de la venue d’Emmanuel Macron, un « représentant de haut niveau » serait présent à Kigali, le 7 avril, à l’occasion de la cérémonie inaugurale commémorant le 25e anniversaire du génocide perpétré en 1994 contre les Tutsi. Pourtant, le 21 mars, la promesse a fini par accoucher d’une souris : c’est finalement un jeune député, Hervé Berville (LREM), 29 ans, qui sera le « représentant personnel » du président français lors de cet événement symbolique où pas moins d’une trentaine de chefs d’État ou de gouvernement sont attendus.

Une décision qui, selon un collaborateur du président français, aurait été « annoncée officieusement » aux autorités rwandaises le 20 mars. La version est pourtant contestée par Kigali, à la présidence comme au ministère des Affaires étrangères, où l’on affirme avoir appris la nouvelle dans JA.com.

« Donner une place au génocide des Tutsi »

Député novice, Hervé Berville n’est pas un premier rôle, même si son histoire croise celle du génocide des Tutsi. Orphelin, né au Rwanda, il a été adopté à l’âge de 4 ans par une famille bretonne « pur beurre » après avoir été évacué par l’armée française. « L’histoire du pays où je suis né donne ce poids et résonne, je comprends cet intérêt plutôt bienveillant mais il ne faut pas que cela me définisse », déclarait-il au quotidien français Libération en 2018. Depuis son élection à l’Assemblée nationale, en juin 2017, il avait éludé, lorsque JA l’a contacté, les questions portant sur la relation bilatérale. Mais il dit aujourd’hui « vouloir donner une place au génocide des Tutsi dans la mémoire collective française ». « Hervé Berville a souhaité me rencontrer avant de se rendre au Rwanda. La rencontre s’est très bien passée. Il est porteur d’un message du président Macron qu’il compte remettre au président Kagame », indique l’ambassadeur du Rwanda à Paris, Jacques Kabale. Avant son départ, le jeune député s’est également entretenu avec l’ancienne ministre des Affaires étrangères rwandaise et actuelle secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) Louise Mushikiwabo.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte