Agroalimentaire

Taxe : le gouvernement ivoirien cède devant la grogne des producteurs d’hévéa

| Par Jeune Afrique
Un site de production d’hévéa en Côte d’Ivoire.

Un site de production d'hévéa en Côte d'Ivoire. © Falonne-JA

La Côte d’Ivoire a décidé de niveler l’impôt de 5 % sur le chiffre d’affaires de la filière hévéa, adopté en 2012. En dessous d’un cours mondial de 1000 F CFA (1,5 euro) le kilogramme – comme cela a été le cas tout au long de l’année – cette taxe ne sera pas perçue.

Le pressing des producteurs d’hévéa ivoiriens a fini par payer. Remontés contre l’impôt de 5 % mis en place depuis 2012 par l’État ivoirien sur le chiffre d’affaires de la filière hévéa, les producteurs de caoutchouc n’avaient cessé de critiquer cette nouvelle taxe et de demander son abrogation.

En mars dernier, Bertrand Vignes, le directeur général de la Sifca – plus gros producteur de caoutchouc naturel du pays avec 165 000 tonnes – s’était vivement emporté contre cette taxe, allant jusqu’à dire que cette fiscalité « met[tait] en danger l’avenir de la filière en Cote d’Ivoire ».

Nivellement de la taxe

Cinq mois plus tard, il faut croire que son appel a été entendu. Durant le dernier Conseil des ministres, tenu le 6 août, le gouvernement ivoirien a décidé de « niveler la taxe sur le caoutchouc granulé spécifié et la taxe due par les usiniers sur leurs chiffres d’affaires en fonction du prix international du caoutchouc rapporte APA.

En 2014 le cours moyen du caoutchouc a oscillé entre 800 F et 850 F CFA, soit en dessous de la limite à partir de laquelle la taxe de 5 % devra être prélevée.

Selon la réforme adoptée par le gouvernement ivoirien, en dessous d’un cours de 1 000 FCFA/kg (1,52 euro/kg) sur les marchés mondiaux, aucune taxe ne sera prélevée sur le chiffre d’affaires de la filière hévéa.

Passés les 1 000 FCFA/kg, le taux de cette taxe augmentera par paliers pour attendre un maximum de 5 %. « Pour un prix international compris entre 1 000 et 1 300 F CFA, a indiqué Bruno Koné, le porte-parole du gouvernement, cette taxe sera désormais de 2,5 %. Pour un prix entre 1301 et 1 600 F CFA (2,44 euros), cette taxe sera de 3,5 %. Et pour un prix supérieur à 1600 F CFA, cette taxe sera de 5 %. »

Précédemment le taux de 5 % était appliqué quel que soit le prix sur les marchés mondiaux.

Applicabilité

« Le cours moyen du caoutchouc naturel connait une évolution extrêmement volatile, passant de 783 F CFA le kilogramme en 2011 à 2178 F CFA le kilogramme. Cette tendance s’est malheureusement inversée entre 2011 et 2013, puisque nous avons eu en moyenne, 1 625 F CFA le kilo en 2012, et 1 269 FCFA en 2013, et en 2014 le cours moyen oscille entre 800 F et 850 F, sans que notre pays ait le moyen d’influencer le cours mondial », a déploré Bruno Koné, rapporte l’agence de presse. Il semble donc que cette taxe de 5 % ne devrait pas être perçue par le gouvernement cette année.

Lire aussi :

Sifca enregistre une forte chute de son bénéfice en 2013

Caoutchouc : le secteur africain manque d’investisseurs

La production ivoirienne de cacao atteint un niveau record en 2013-2014

Production

Selon les données compilées par Ecobank, la production de caoutchouc naturel en Côte d’Ivoire a atteint 290 000 tonnes durant la saison 2012-2013, portant la part du pays dans la production africaine à 44,5 %.

Selon les données du Centre du commerce international de l’ONU, le caoutchouc naturel représente la troisième source d’exportation du pays d’Afrique de l’Ouest avec près de 10 % des exportations totales en valeur derrière le cacao (43 %) et le pétrole (35%).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer