Dossier

Cet article est issu du dossier «Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Voir tout le sommaire
Politique

Algérie : le pays se réveille sans Bouteflika, pour la première fois en 20 ans

Algériens célébrant la démission d'Abdelaziz Bouteflika, mardi 2 avril dans les rues de la capitale, Alger. © Ryad Kramdi - AFP

Après un mois de contestation exemplaire, les Algériens se réveillent, pour la première fois en 20 ans, sans Abdelaziz Bouteflika à la tête du pays mais, la joie passée, n'entendent pas baisser la garde et veulent désormais obtenir le départ de tout le « système » au pouvoir.

Le chef de l’Etat de 82 ans aura tenté de s’accrocher au pouvoir face à un mouvement populaire inédit. Mais il a démissionné mardi soir, quelques heures après avoir été défié par l’armée.

Abdelaziz Bouteflika, très affaibli depuis un AVC en 2013 mais qui en février entendait encore briguer un cinquième mandat, a remis sa lettre de démission au Conseil constitutionnel, selon des images diffusées par la télévision nationale.

Découvrir le classement 2019 des 100 africains les plus influents

Dernières images

On y voit l’ancien président, qui semble fatigué, vêtu d’une gandoura (tunique nord-africaine) beige et assis dans un fauteuil roulant, remettant cette lettre, placée dans une chemise aux armes de la présidence, au président du Conseil constitutionnel Tayeb Belaïz.

Cette décision “est destinée à contribuer à l’apaisement des coeurs et des esprits de mes compatriotes, pour leur permettre de projeter ensemble l’Algérie vers l’avenir meilleur auquel ils aspirent légitimement”, explique le chef de l’État dans sa lettre de démission, publiée par l’agence officielle APS.

Est également présent dans la pièce d’un endroit non précisé le président du Conseil de la Nation (chambre haute), Abdelkader Bensalah, 77 ans, pur produit du régime, chargé par la Constitution d’assurer l’intérim durant une période maximale de 90 jours au cours de laquelle une présidentielle doit être organisée.


>>> À LIRE – Algérie : Abdelkader Bensalah assurera-t-il l’intérim du président Bouteflika ?


Les Algériens « contents mais pas dupes »

À Alger, un concert de klaxons a accueilli la nouvelle et des Algérois, munis du désormais indispensable drapeau algérien, se sont rassemblés sur le parvis de la Grande poste, bâtiment emblématique du centre de la capitale, avant de défiler joyeusement dans les rues alentour.

Et la plupart des Algérois interrogés ont répété leur détermination à continuer de manifester malgré cette démission, refusant la transition prévue par la Constitution qui laisse aux commandes les acteurs du “système”.

On apprécie le moment, mais on n’oublie pas l’essentiel. Le système et ses tentacules mafieuses doivent dégager

Comme Yacine Saidani, ingénieur de 40 ans, beaucoup se disaient “contents mais pas dupes”.

“La vigilance est de rigueur. On apprécie le moment, mais on n’oublie pas l’essentiel. Le système et ses tentacules mafieuses doivent dégager. Donc les marches continueront”, assure Fadhéla Amara, 69 ans, son petit-fils de 10 ans à la main.

Certains ont rendu hommage au chef de l’État, mais regretté son acharnement à s’accrocher au pouvoir, qu’ils ont souvent attribué à son frère et principal conseiller, Saïd.


>>> À LIRE – Algérie : les Bouteflika, une famille particulièrement soudée


“Bouteflika a travaillé, j’ai voté pour lui au début, mais il n’a pas su partir la tête haute”, a déploré Bilan Brahim, 40 ans, cadre au chômage.

Pour Fatma Zohra, 65 ans, infirmière à la retraite, qui compte “marcher jusqu’au départ de la clique”, Bouteflika “aurait pu partir avec les honneurs, mais son frère l’a fait sortir par la petite porte de l’histoire”.

L’armée a rejeté dans un communiqué public mardi, quelques minutes avant la démission de Bouteflika, le texte diffusé la veille par la présidence, dans lequel Abdelaziz Bouteflika s’engageait à quitter la présidence avant le 28 avril, car elle estime qu’il émane de « forces non constitutionnelles ». L’état-major a alors appelé dans son texte à « appliquer immédiatement » les articles 7, 8 et 102 de la Constitution, prévoyant la destitution du président.

Devant la Grande poste, où aucun incident n’a été signalé, Toufik, informaticien de 38 ans, “remercie l’armée” tout en soulignant que “maintenant, c’est au peuple de négocier la transition”.

Lire les autres articles du dossier

«Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte