Dossier

Cet article est issu du dossier «Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Voir tout le sommaire
Politique

Algérie : l’armée somme Bouteflika de partir sur-le-champ

Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major et vice-ministre algérien de la Défense, à Alger le 1er juillet 2018.

Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major et vice-ministre algérien de la Défense, à Alger le 1er juillet 2018. © Anis Belghoul/AP/SIPA

Dans un communiqué publié mardi soir, l'armée rejette le texte diffusé la veille par la présidence, dans lequel Abdelaziz Bouteflika s'engageait à quitter la présidence avant le 28 avril, car elle estime qu'il émane de « forces non constitutionnelles ». L'état-major appelle à « appliquer immédiatement » les articles 7, 8 et 102 de la Constitution, prévoyant la destitution du président.

« Nous estimons qu’il n’y a plus lieu de perdre davantage de temps et qu’il faut appliquer immédiatement la solution constitutionnelle proposée, à savoir la mise en application des articles 7, 8 et 102 et entamer le processus garantissant la gestion des affaires de l’État dans le cadre de la légitimité constitutionnelle », écrit le ministère de la Défense, dans un texte diffusé mardi à l’issue d’une réunion à l’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP).

Cité nommément, le général Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major, exige ainsi un départ immédiat d’Abdelaziz Bouteflika de la présidence. « Dans ce contexte particulier, nous confirmons que toute décision prise en dehors du cadre constitutionnel est considérée comme nulle et non avenue », explique-t-il.

Découvrir le classement 2019 des 100 africains les plus influents


>>> À LIRE – Algérie : Abdelaziz Bouteflika va démissionner, comme les présidents Chadli et Zéroual avant lui


Pour l’armée, le communiqué diffusé lundi 1er avril par la présidence algérienne, dans lequel Abdelaziz Bouteflika s’engage à quitter le pouvoir avant le terme de son mandat le 28 avril, n’est pas recevable. « Alors que le peuple algérien attendait avec impatience la satisfaction de ses revendications légitimes, parut en date du 1er avril un communiqué attribué au Président de la République, alors qu’en réalité il émanait d’entités non constitutionnelles et non habilitées, ayant trait à la prise de décisions importantes concernant la phase de transition. »

« Notre décision est claire et irrévocable. Nous soutiendrons le peuple jusqu’à ce que ses revendications soient entièrement et totalement satisfaites. (…) Il est temps qu’il recouvre ses droits constitutionnels légitimes et sa pleine souveraineté », affirme l’ANP.

Lire les autres articles du dossier

«Démission de Bouteflika : les six semaines qui ont ébranlé l'Algérie»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte